La Banque Laurentienne choisit un président dans ses rangs

François Desjardins est d'abord promu au poste de... (PHOTO FOURNIE PAR LA BANQUE LAURENTIENNE)

Agrandir

François Desjardins est d'abord promu au poste de chef de l'exploitation de la Banque Laurentienne. Sa nomination au poste de président et chef de la direction aura lieu le 1er novembre prochain, après le départ annoncé de Réjean Robitaille du poste qu'il occupe depuis 2006.

PHOTO FOURNIE PAR LA BANQUE LAURENTIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le prochain président de la Banque Laurentienne sera promu de l'interne parmi ses hauts dirigeants. Il s'agit de François Desjardins, qui dirige déjà les services aux particuliers de la banque ainsi que sa filiale B2B de services bancaires pour les conseillers financiers et les courtiers.

François Desjardins est d'abord promu au poste de chef de l'exploitation de la Banque Laurentienne. Sa nomination au poste de président et chef de la direction aura lieu le 1er novembre prochain, après le départ annoncé de Réjean Robitaille du poste qu'il occupe depuis 2006.

Âgé de 44 ans, François Desjardins a entamé sa carrière à la Banque Laurentienne en 1991 au sein du réseau de succursales. Il a ensuite été appelé à mettre sur pied les premiers services électroniques et téléphoniques de la Banque.

En 2004, M. Desjardins a été nommé à la tête de la filiale B2B Banque, qui a connu depuis une bonne croissance dans le marché canadien des conseillers financiers et des courtiers. Plus récemment, il a été nommé à la tête du secteur des services aux particuliers de la Banque.

Selon la présidente du conseil d'administration, Isabelle Courville, «François Desjardins s'est avéré le meilleur candidat, au terme du processus de sélection qui s'est effectué autant à l'interne qu'à l'externe. Au cours de sa carrière à la Banque, il a démontré un leadership impressionnant, notamment à la direction de B2B Banque».

Pour sa part, le président sortant, Réjean Robitaille, s'est dit «convaincu que, grâce à son leadership, ses grandes compétences et sa connaissance de l'entreprise, François saura continuer de faire grandir l'organisation et l'amènera à un niveau encore plus élevé».

Après neuf ans à la tête de la septième banque canadienne, M. Robitaille avait fait part de son intention, le 21 janvier dernier, de prendre sa retraite.

Depuis un an, quatre des cinq plus grandes banques canadiennes ont vu leur chef de la direction partir à la retraite: la Royale, la Toronto-Dominion, la Scotia et la CIBC.

Premier trimestre de 2015

Par ailleurs, dans les résultats trimestriels annoncés hier, la Banque Laurentienne a indiqué que la décision de la Banque du Canada d'abaisser son taux directeur a eu un impact négatif sur ses résultats du premier trimestre de 2015.

Pour la période de trois mois terminée le 31 janvier, la croissance de ses revenus a été limitée à 218,1 millions de dollars, à peine 2 millions de plus qu'au premier trimestre de l'an dernier.

La Banque Laurentienne a dégagé un bénéfice net de 35,8 millions, en hausse de seulement 0,8% par rapport à la période correspondante en 2014.

«Le recul de 25 points de base du taux de financement à un jour par la Banque du Canada a pesé temporairement sur nos résultats, a observé M. Robitaille. Toutefois, il devrait avoir une incidence relativement neutre sur le résultat par action pour l'exercice.»

Au premier trimestre, cette baisse de taux-surprise a eu une incidence négative évaluée à 4 cents sur le résultat net par action. La Banque Laurentienne a ainsi raté la cible des analystes, qui tablaient sur un bénéfice de 1,38 $ par action, après ajustement des éléments non récurrents.

Malgré tout, la Banque a réitéré son objectif de croissance pour son bénéfice par action ajusté, qui devrait osciller entre 5 et 8 % pour l'exercice 2015.

Par ailleurs, le résultat net du premier trimestre comprend une charge de 3,5 millions (après impôts) attribuée à la rémunération spéciale consentie à M. Robitaille pour son départ prochain de la présidence.

Cette rémunération s'ajoute aux 4,3 millions qu'il a obtenus en salaire et primes diverses durant l'exercice 2014, 1 million de plus qu'en 2013, lit-on dans la circulaire de direction publiée hier par la Banque Laurentienne, en préparation de son assemblée des actionnaires du 1er avril prochain.

En tout, les cinq principaux dirigeants de la banque ont obtenu 9,56 millions en rémunération totale (salaire, primes et avantages sociaux) en 2014, soit 16 %, ou 1,3 million de dollars, de plus qu'en 2013.

La Banque Laurentienne au 1er trimestre

(clos le 31 janvier 2015)

> Revenu total: 218,1 millions (+ 0,9% en un an)

> Bénéfice net: 35,8 millions (+ 0,8%)

> Bénéfice net par action (dilué): 1,15$ (- 0,8%)

> Rendement des capitaux propres: 11,3% (+ 0,4 point)

> Actif: 37,43 milliards (+ 2,6% durant le trimestre)

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer