L'ex-VP finances de Norbourg accusé au criminel

Éric Asselin... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Éric Asselin

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) L'ancien vice-président finances chez Norbourg, Éric Asselin, est accusé au criminel pour faillite frauduleuse. L'enquête démontre que l'homme de 42 ans aurait caché des revenus et aurait fait des fausses déclarations lors des procédures de sa faillite en 2007. Il comparaîtra le 10 janvier prochain au palais de justice de Québec.

Il aurait ainsi commis une fraude de près de 1 million de dollars en utilisant des prête-noms et en cachant des sommes d'argent à ses créanciers, selon la Gendarmerie royale du Canada, qui a mené l'enquête avec le Bureau du surintendant des faillites.

Norbourg est cette entreprise de gestion de fonds communs de placement dont le patron, Vincent Lacroix, a détourné l'argent de 9200 déposants à des fins personnelles et pour faire croître son entreprise. M. Lacroix a purgé une peine de prison pour cette affaire de fraude de plus de 100 millions.

Le rôle d'Éric Asselin dans le scandale Norbourg a été mis en lumière par le journaliste Yvon Laprade, dans son livre Autopsie du scandale Norbourg, chez Québec Amérique. Il en ressort qu'Éric Asselin, ancien enquêteur de la Commission des valeurs mobilières (ancêtre de l'Autorité des marchés financiers) que Vincent Lacroix a débauché pour le faire entrer chez Norbourg en 2002, est en quelque sorte un fin renard qui a toujours réussi à s'en sortir.

«Dans l'histoire Norbourg, Éric Asselin était beaucoup plus intelligent comme stratège et plus doué pour manipuler les choses que Vincent Lacroix. C'est peut-être lui [Éric Asselin] qui manipulait tout le monde», nous a dit au téléphone Yvon Laprade, maintenant journaliste à La Terre de chez nous.

Alors que l'étau se resserrait autour de Norbourg, M. Asselin a quitté la société en février 2005 et est devenu consultant pour Norbourg moyennant de forts honoraires. Il est devenu délateur pour la GRC et l'AMF en échange d'une immunité judiciaire à l'été 2005, ce qui lui a évité de faire de la prison, contrairement à ses ex-collègues Lacroix, Serge Beaugré et Jean Cholette. La police est débarquée chez Norbourg le 25 août 2005 au matin.

M. Asselin a fait une faillite personnelle en novembre 2007, contestée par le syndic RSM Richter qui le poursuivait pour plus de 800 000$.

Dans le cadre de cette faillite personnelle, une perquisition a eu lieu en juillet 2009 au domicile d'Éric Asselin, à Beauport, à sa banque et chez sa mère. Les policiers y ont saisi un Jacuzzi et une voiture Lexus et ont retracé au moins 115 000$ en argent liquide. Certaines sommes se trouvaient dans des sacs de plastique sur lesquels il y avait des résidus de terre.

Selon le syndic de Norbourg, Gilles Robillard, cité par le journaliste Yvon Laprade dans l'ex-quotidien web Rue Frontenac en juillet 2009, M. Asselin aurait enterré une certaine somme d'argent pour la soustraire du fisc.

M. Robillard ne nous a pas rappelé.

Une garderie «Norbourg» subventionnée

Dans ce même article, Yvon Laprade écrivait qu'Éric Asselin avait acquis la maison de Beauport à l'été 2005, après avoir touché un chèque de 330 000$ versé par Vincent Lacroix. C'est sa conjointe, Carole Thibodeau, qui a signé l'acte d'achat.

Nous avons tenté de joindre Éric Asselin à sa maison de la rue du Harfang, à Beauport. Sa conjointe, Carole Thibodeau, nous a répondu qu'il n'était pas là. Elle aussi a fait faillite en 2007. À cette adresse, Mme Thibodeau tient la garderie La Merveille, une garderie en milieu familial à 7$ par jour, subventionnée et reconnue par le mandataire du gouvernement du Québec, a confirmé le bureau coordonnateur de la garde en milieu familial du secteur de Beauport.

«Lorsque le bureau coordonnateur est en démarche pour une demande de reconnaissance de responsable de service de garde, la police vérifie les antécédents de tous les adultes qui travaillent ou qui vivent avec la responsable de service de garde», a expliqué Nadia Caron, responsable des relations avec les médias au ministère de la Famille.

Mme Caron ne pouvait nous dire hier si les accusations déposées hier matin contre Éric Asselin allaient changer quoi que ce soit au statut de la garderie La Merveille appartenant à sa conjointe.

 

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer