Les banques en scène

Aujourd'hui, la Banque Royale lève la première le... (Photo: Nathan Denette, PC)

Agrandir

Photo: Nathan Denette, PC

Aujourd'hui, la Banque Royale lève la première le voile sur ses résultats financiers du quatrième trimestre et le solde pour l'exercice entier. Suivront la Banque de Montréal, mardi prochain, la CIBC, la Banque Toronto-Dominion et la Nationale, jeudi, et la Banque Scotia, vendredi de la même semaine.

Les analystes financiers s'attendent à voir les six grandes banques afficher des revenus et des profits légèrement à la baisse au terme du dernier trimestre terminé le 31 octobre, lequel boucle l'exercice de 2012. Cela n'en représente pas moins une augmentation substantielle par rapport à la même période l'an dernier. Certaines banques pourraient même bonifier leur dividende à cette occasion.

Aujourd'hui, la Banque Royale lève la première le voile sur ses résultats financiers du quatrième trimestre et le solde pour l'exercice entier. Suivront la Banque de Montréal, mardi prochain, la CIBC, la Banque Toronto-Dominion et la Nationale, jeudi, et la Banque Scotia, vendredi de la même semaine.

John Alken, spécialiste du secteur bancaire au service de recherche de Barclays Capital, s'attend à voir une légère baisse des profits pour chacune des grandes banques du troisième au quatrième trimestre. Les chiffres demeureront toutefois en hausse marquée comparée à la même période de l'année dernière, vu l'avance prise les premiers mois de l'année financière.

Selon ce dernier, le très attendu ralentissement de la croissance interne des prêts ne sera toujours pas manifeste dans les derniers chiffres, cependant que cela ne change pas le pronostic pour l'an prochain. La Banque Nationale affiche la meilleure performance en ce qui a trait à la croissance des prêts domestiques depuis le début de l'année tandis que la CIBC traîne la patte. Les marges bénéficiaires entre les taux d'emprunt et de prêts demeurent cependant sous pression pour toute l'industrie.

La surprise pourrait venir des activités de marchés, lesquels ont été animés ces derniers mois. Cela concerne particulièrement les banques Royale et Nationale ce trimestre. La première banque au pays a démontré une solide performance et un fort levier à ce chapitre au troisième trimestre, note l'analyste. Cela renforcerait par ailleurs les perspectives d'une augmentation du dividende pour la Nationale, la seule susceptible d'augmenter ses ristournes aux actionnaires, selon M. Alken.

Le quatrième trimestre est par ailleurs souvent le moment d'une inflation des dépenses dans les banques, «l'évier de la cuisine excepté», selon l'expression de l'analyste de la Barclays. La TD a notamment déjà budgeté une augmentation d'environ 250 millions de ses charges pour le dernier trimestre liées à divers éléments, notamment le calendrier des dépenses de projets. Cependant, avec les énoncés sur les perspectives de croissance des bénéfices pour l'année suivante, les investisseurs sont habitués à voir ce poste budgétaire éclipsé.

L'analyste Robert Sedran, de la CIBC, s'attend de même à une baisse des profits, plus précisément de 2%, du troisième au quatrième trimestre bancaire. Par rapport au même trimestre de 2011, cela correspond à une hausse de 15%.

Selon l'analyste, seule la Banque de Montréal est appelée à faire mieux qu'au troisième trimestre de l'exercice courant. Cela grâce aux synergies dans les dépenses. La TD verra le pire recul vu le bond annoncé de ses dépenses.

Au chapitre des augmentations possibles de dividendes, le service de recherche de la CIBC mise sur les trois plus petites banques ce trimestre. Les trois autres sont déjà passés à l'action au troisième trimestre et devraient donc s'abstenir cette fois.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer