Biodextris profite d'un nouveau modèle d'affaires

Christine Jacques, Paul Rice et Joseph Zimmermann (à... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Christine Jacques, Paul Rice et Joseph Zimmermann (à droite) sont les fondateurs de Biodextris, dans la Cité de la biotech, à Laval.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

L'industrie pharmaceutique est en grande transformation depuis plusieurs années, de nombreux centres de recherche ont été fermés au Québec, mais il y a moyen de tirer son épingle du jeu dans ce nouveau modèle d'affaires.

C'est ce qu'ont décidé de faire les fondateurs de Biodextris, trois anciens employés du Centre de recherche et développement de GSK, à Laval.

Prenons l'exemple d'une entreprise de biotechnologies qui a conçu un vaccin contre le virus Zika. Elle a testé le vaccin sur des animaux. Ç'a été concluant. Elle souhaite maintenant poursuivre ses études cliniques sur des humains. Cela ne se fait pas en criant ciseau. Les molécules biologiques du vaccin doivent être produites dans un cadre très réglementé pour qu'on puisse les soumettre à des études cliniques. C'est ici que Biodextris entre en ligne de compte.

« Ce n'est pas évident pour une entreprise de biotechnologies de réaliser ces étapes complexes parce que ça prend de l'équipement et il faut respecter les exigences complexes, par exemple, de Santé Canada ou de la Food and Drug Administration (FDA), aux États-Unis », explique Christine Jacques, cofondatrice et directrice des services analytiques chez Biodextris.

Or, les cofondateurs de Biodextris avaient développé cette expertise chez GSK. Ils ont décidé de la mettre à profit.

Les grandes entreprises pharmaceutiques ont aussi recours aux services de l'entreprise.

« Le modèle d'affaires a changé et les grandes entreprises ne veulent plus nécessairement prendre en charge un produit avant les dernières phases des études cliniques parce que c'est très coûteux, alors ils font beaucoup de sous-traitance en recherche et développement. »

- Christine Jacques, cofondatrice et directrice des services analytiques chez Biodextris

UN TRAVAIL EN PLUSIEURS ÉTAPES

Protéines, anticorps, enzymes : Biodextris travaille avec plusieurs types de produits biologiques utilisés dans la fabrication de médicaments et de vaccins.

« Nous aidons nos clients à développer un procédé de fabrication robuste et fiable qui inclut la fermentation, la purification, la formulation et l'analyse de contrôle de la qualité du produit », explique Christine Jacques.

Une fois le procédé optimal trouvé, le produit peut être manufacturé dans un endroit qui respecte les « bonnes pratiques de fabrication » afin de pouvoir l'injecter à des humains.

« Nous ne pouvons pas encore offrir ce service, mais nous souhaitons y arriver à court terme, affirme Mme Jacques. D'abord, parce que les entreprises veulent faire affaire avec le même fournisseur tout au long du processus pour éviter les risques liés au transfert de procédés. Puis, parce que très peu d'entreprises offrent ce service au Canada, alors bien des clients doivent faire fabriquer leurs produits biologiques aux États-Unis. »

En plus du développement, Biodextris fait du contrôle de qualité de produits biologiques pendant toute la durée des études cliniques. Cela représente environ la moitié de ses activités.

Au démarrage, Biodextris a obtenu un contrat majeur qui a permis aux trois fondateurs d'embaucher cinq de leurs anciens collègues chez GSK.

Les clients de l'entreprise sont canadiens, américains et européens.

BIODEXTRIS EN BREF

Secteur des biotechnologies

Située dans la Cité de la biotech

En activité depuis septembre

Huit employés

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer