Merck fait des compressions à Montréal

Merck a aboli 56 des 246 postes de... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Merck a aboli 56 des 246 postes de l'usine de Pointe-Claire.

Quelques jours après avoir débloqué 12,5 millions pour aider trois centres de recherche de la région montréalaise, le géant pharmaceutique Merck sabre 25% de ses effectifs à son usine de Pointe-Claire, dans l'ouest de Montréal.

Merck a aboli 56 des 246 postes de l'usine, dont elle a hérité en 2009 lors de l'acquisition de Schering-Plough.

La société a pris la décision «afin d'ajuster sa capacité de production de liquides, d'onguents et de crèmes à la demande actuelle du marché. Cette décision s'inscrit dans le processus entamé par la société pour consolider et restructurer ses activités de fabrication de manière à créer un réseau mondial spécialisé souple et intégré», a confirmé hier Rachel Yates, directrice des communications de Merck Canada.

La plupart des employés visés auraient été avisés hier, et les autres le seront aujourd'hui.

Merck avait annoncé en octobre 2011 l'achèvement de la modernisation de son usine de Pointe-Claire au coût de 33,2 millions. L'usine est décrite comme un «centre d'excellence pour la production de crèmes, d'onguents et de liquides». On y avait alors installé sept nouvelles lignes de remplissage permettant de la production de 14 nouveaux produits.

Merck avait annoncé lundi des dons de 12,5 millions aux centres de recherche du CHUM, du Centre universitaire de santé McGill et de l'Institut de cardiologie de Montréal.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Merck offre 12,5 millions pour la recherche

    Santé

    Merck offre 12,5 millions pour la recherche

    La recherche pharmaceutique se fera en partenariat ou ne se fera pas, dit-on depuis quelques années, et le géant pharmaceutique Merck a distribué... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer