Exclusif

Place Bell: le Groupe CH et Québecor s'entendent à l'amiable

Le Groupe CH pourra inaugurer la Place Bell... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le Groupe CH pourra inaugurer la Place Bell à Laval sans tracas judiciaires.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Groupe CH pourra inaugurer la Place Bell à Laval sans tracas judiciaires : l'entreprise a réglé à l'amiable un litige avec son rival Québecor, qui demandait aux tribunaux depuis 2012 d'ordonner un nouvel appel d'offres pour la gestion du nouvel amphithéâtre de Laval. Le Groupe CH reste ainsi le seul gestionnaire de l'amphithéâtre de 198 millions de dollars.

Québecor, evenko (une filiale du Groupe CH), la Cité de la culture et du sport de Laval (la Cité) et la Ville de Laval ont conclu, le 17 février dernier, une entente à l'amiable dont les modalités sont confidentielles, indique l'avis de règlement déposé en cour. Dans le cadre de ce règlement, Québecor abandonne ainsi son recours visant à ordonner un nouvel appel d'offres pour la gestion de la Place Bell, qui sera inaugurée le 1er septembre prochain. La Cité avait choisi evenko en février 2012.

Le Groupe CH et Québecor n'ont pas voulu, hier, commenter la conclusion du litige. «Le seul gestionnaire de l'amphithéâtre, c'est l'Aréna des Canadiens [l'entreprise du Groupe CH] et evenko», dit Christiane Hémond, directrice générale de la Cité de la culture et du sport de Laval. La Ville de Laval a transmis nos questions à la Cité. Québecor poursuivait la Cité, mais le Groupe CH et la Ville de Laval avaient un statut de mis en cause dans le litige civil.

52 millions contre 39 millions

evenko a offert environ 52 millions sur 20 ans pour les droits de gestion et d'identification de l'amphithéâtre de Laval, selon des estimations à partir de documents déposés en cour. Selon ces mêmes documents, Québecor aurait offert 38,7 millions sur 20 ans. L'entreprise proposait des redevances supérieures de 22% à celles d'evenko. La proposition financière ne comptait que pour 35% de la note du comité de sélection.

Québecor contestait l'attribution du contrat à evenko principalement pour deux raisons. D'abord, l'emplacement de l'amphithéâtre lavallois a été modifié par la Ville de Laval après le choix d'evenko comme gestionnaire, ce qui constituait, selon Québecor, une «modification fondamentale du projet».

Aussi, Québecor remettait en cause l'intégrité de deux des sept membres du comité de sélection ainsi que de Me Pierre Lambert, l'avocat du PRO des Lavallois (le parti politique de l'ex-maire Gilles Vaillancourt) qui siégeait au comité comme non-membre. Me Lambert a été accusé de fraude et de corruption en 2013 dans le dossier de fraude à grande échelle à Laval (aucun lien avec le dossier de la Place Bell), mais le Directeur des poursuites criminelles et pénales a choisi de retirer les accusations en avril dernier en raison de l'arrêt Jordan sur les délais judiciaires. Me Lambert a été radié du Barreau du Québec pour deux ans.

La Place Bell, située près du métro Montmorency, comprend un amphithéâtre/salle de spectacle de 10 000 sièges, une patinoire olympique de 2500 sièges et une patinoire communautaire de 500 sièges. evenko gérera uniquement l'amphithéâtre de 10 000 sièges, tandis que la Cité de la culture et du sport de Laval gérera les deux autres patinoires. Le club-école du Canadien de Montréal, le Rocket de Laval, jouera notamment à la Place Bell.

***

QUI A FINANCÉ LA PLACE BELL?

  • Ville de Laval : 120 millions
  • Gouvernement du Québec : 46 millions
  • evenko (droits de gestion et d'identification) : 32 millions*
  • Total : 198 millions

*evenko paiera aussi un loyer de 20 millions sur 20 ans.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer