Exclusif

Le jazz plus payant pour le fisc que la F1

Selon une étude obtenue par La Presse, le... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Selon une étude obtenue par La Presse, le Festival international de jazz de Montréal a généré des retombées fiscales de 8,3 millions pour les gouvernements en 2016 contre 8,1 millions pour le Grand Prix du Canada en 2015.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

Avec des subventions quatre fois moindres, le Festival international de jazz de Montréal (FIJM) génère des retombées fiscales plus élevées que le Grand Prix du Canada, selon une étude réalisée par KPMG pour le compte du FIJM.

Selon cette étude obtenue par La Presse, le FIJM a généré des retombées fiscales de 8,3 millions pour les gouvernements en 2016 contre 8,1 millions pour le Grand Prix du Canada en 2015. Au chapitre des retombées économiques, les deux événements sont comparables: 39,1 millions pour le FIJM en 2016 contre 42,4 millions pour le Grand Prix du Canada en 2015 (note 1).

Au contraire du Grand Prix de F1, le FIJM est rentable sur le plan fiscal pour les gouvernements, qui ont versé environ 4 millions par an en subventions et qui ont reçu 8,3 millions par an en recettes fiscales; un excédent fiscal d'environ 4,3 millions. Le Grand Prix du Canada a généré des revenus fiscaux de 8,1 millions en 2015, mais les trois ordres de gouvernement paient en moyenne 18,7 millions par an en subventions à la F1, ce qui donne un déficit fiscal d'environ 10,6 millions. Les gouvernements reçoivent aussi certaines redevances sur les billets de la F1.

Le Festival international de jazz de Montréal, qui commençait hier soir, est « fier » de se comparer au Grand Prix de F1, « un bel événement pour Montréal » en termes de retombées économiques et fiscales.

« Nous sommes fiers d'être dans le peloton de tête. C'est agréable de voir qu'un événement gratuit [comme le FIJM] crée autant de richesse, qu'un événement de musique puisse générer autant de retombées pour Montréal que le Grand Prix», indique Jacques-André Dupont, PDG du Festival international de jazz de Montréal.

« Montréal est chanceuse d'avoir une trame événementielle de cette qualité-là, une trame événementielle qui fait l'envie des métropoles du monde. En ajoutant Juste pour rire, les Francos, Osheaga, l'International des Feux, ce que Montréal offre est assez exceptionnel », ajoute M. Dupont, en entrevue à La Presse.

Première comparaison

C'est la première fois que les deux principaux événements touristiques au Québec (le Grand Prix de F1 et le FIJM) peuvent véritablement comparer leurs retombées économiques. En 2015, Québec et Montréal ont convenu d'une méthodologie commune pour tous les événements touristiques afin de calculer leurs retombées économiques. Selon cette méthode, seules les dépenses des visiteurs de l'extérieur de la région de Montréal (rayon de 40 km) venus « surtout » pour l'événement (et non celles des touristes venus en partie pour l'événement) sont incluses. Et pour la première fois, le Grand Prix de F1 a collaboré à une étude conjointe avec Québec et Montréal. Résultat : les retombées économiques du Grand Prix, que Québec estimait à 89 millions, étaient plutôt de 42,4 millions. Pour son étude de l'impact du FIJM, KPMG a utilisé la même méthodologie pour arriver à des retombées économiques de 39,1 millions en 2016. Le Grand Prix de F1 n'a pas mis à jour son étude en 2016.

Le FIJM soutenait « depuis très longtemps » avoir un impact économique comparable à celui du Grand Prix. « Être comparable, ça ne veut pas dire être meilleur [qu'un autre] », fait remarquer Jacques-André Dupont, qui se dit « pro-Grand Prix ».

« L'importance économique des événements culturels est démontrée de façon assez claire», explique Martin Roy, PDG du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI), qui regroupe la plupart des événements majeurs, dont le FIJM.

S'il est intéressant de les comparer, les deux événements - qui ont des budgets annuels similaires - ont aussi plusieurs différences. Le Grand Prix a lieu durant trois jours, le FIJM durant 11 jours. L'impact économique du Grand Prix est ainsi beaucoup plus concentré, et sa visibilité internationale est aussi inégalée au Québec.

Au contraire du Grand Prix, le FIJM offre la majeure partie de sa programmation gratuitement aux visiteurs. Les subventions de 4 millions par an représentent environ 15 % du budget annuel de 27 millions du festival. « L'étude démontre à quel point la gratuité, une formule montréalaise, crée une richesse pour tous, dit Jacques-André Dupont. Nous offrons 500 concerts gratuits, en plus du travail qui est fait avec l'industrie de la musique. Le FIJM a aussi un rôle social au niveau du vivre-ensemble montréalais. On parle d'argent, mais il n'y a pas que l'argent. » Le FIJM est un organisme sans but lucratif. Il accorde un contrat de gestion à L'Équipe Spectra, propriété du Groupe CH depuis 2013.

Les organisateurs d'événements majeurs espèrent qu'Ottawa créera un programme de 45 millions par an spécifique pour eux, comme ce fut le cas lors de la dernière récession en 2008-2009 et 2009-2010. « Le modèle d'affaires des événements va fonctionner encore mieux quand tous les gens qui en profitent, les gouvernements comme les commerçants et les hôteliers, vont remettre une partie des profits dans la roue pour continuer de la faire tourner. Ce sont des événements payants pour tous, donc soutenons-les et faisons-les grandir », dit Martin Roy, PDG de REMI et directeur général de FAME, l'équivalent canadien du REMI.

____________________________________________________________________________

Note 1: Pourquoi les retombées fiscales du FIJM sont-elles légèrement supérieures à celles du Grand Prix (8,3 millions contre 8,1 millions pour la F1) alors que ses retombées économiques sont légèrement inférieures (39,1 millions contre 42,4 millions pour la F1)? L'hypothèse la plus probable, selon KPMG: les deux organisations n'ont pas exactement les mêmes postes de dépenses. Des dépenses en masse salariale génèrent des revenus fiscaux plus importants pour les gouvernements. Le FIJM aurait donc une masse salariale plus importante que le Grand Prix.

«Quelques chiffres

Festival international de jazz de Montréal

1,8 million

Nombre de jours-visiteurs

758 453

Nombre de visiteurs uniques

62 903

Nombre de touristes à l'extérieur de la région de Montréal (40 km)

Source : étude de KPMG pour l'édition 201»





publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer