Exclusif

Grand Prix du Canada: 98,5 millions pour cinq ans de plus

En réalité, deux ententes visant le Grand Prix... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En réalité, deux ententes visant le Grand Prix du Canada ont été prolongées : l'entente entre les gouvernements et la F1 pour les droits de présenter le Grand Prix, ainsi que l'entente entre la Ville de Montréal (la Société du parc Jean-Drapeau) et le Groupe de course Octane pour la location du circuit Gilles-Villeneuve.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les gouvernements paieront 98,5 millions de dollars à la F1 afin d'assurer la tenue du Grand Prix du Canada pour cinq années supplémentaires, soit entre 2025 et 2029, a appris La Presse. L'entente entre les gouvernements, la F1 et le promoteur Groupe de course Octane a été officialisée cette semaine et doit être annoncée publiquement en conférence de presse ce week-end lors du Grand Prix.

Depuis environ un an, le promoteur François Dumontier... (Photo David Boily, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Depuis environ un an, le promoteur François Dumontier et le maire de Montréal Denis Coderre avaient des relations tendues. Ils ont toutefois participé à une conférence de presse ensemble le mois dernier, et le maire Coderre a alors eu de bons mots pour M. Dumontier.

Photo David Boily, Archives La Presse

Sur le plan financier, Ottawa, Québec et Montréal verseront 98,5 millions de dollars aux propriétaires de la F1 pour obtenir le droit de présenter le Grand Prix du Canada de 2025 à 2029, soit une moyenne de 19,7 millions par année. Il s'agit d'une hausse moyenne d'environ 5 % sur le contrat actuel du Grand Prix, qui prévoit une subvention moyenne de 18,7 millions par année entre 2015 et 2024. Chaque ordre de gouvernement versera environ le tiers des subventions. Dans la prolongation du contrat 2025-2029, les gouvernements auront droit essentiellement aux mêmes redevances sur la vente des billets que dans le contrat 2015-2024.

En vertu de la nouvelle entente qui sera annoncée au cours des prochains jours, la Ville de Montréal paiera 48 millions pour construire les nouveaux paddocks à temps pour la course en 2019. Au départ, la Ville de Montréal devait construire les paddocks (coût initial de 32 millions) pour 2017, mais elle assumera les coûts de montage et de démontage des paddocks actuels pour deux ans (coût : environ 1,7 million par an) jusqu'à l'arrivée des nouveaux paddocks en 2019.

En réalité, deux ententes visant le Grand Prix du Canada ont été prolongées : l'entente entre les gouvernements et la F1 pour les droits de présenter le Grand Prix, ainsi que l'entente entre la Ville de Montréal (la Société du parc Jean-Drapeau) et le Groupe de course Octane pour la location du circuit Gilles-Villeneuve. Le Groupe de course Octane possède une troisième entente avec la F1 pour être le promoteur du Grand Prix du Canada.

Une clause pour le promoteur

Autre nouveauté qui sera annoncée au cours des prochains jours : la Ville de Montréal aura désormais le droit de désigner un nouveau promoteur si le promoteur actuel, le Groupe de course Octane, ne respecte pas certains critères de performance. Cette clause a été ajoutée à la demande de la Ville de Montréal dans le contrat entre la Ville (la Société du parc Jean-Drapeau) et le Groupe de course Octane, qui est la propriété de l'homme d'affaires québécois François Dumontier.

Depuis environ un an, le promoteur François Dumontier et le maire de Montréal Denis Coderre avaient des relations tendues. Ils ont toutefois participé à une conférence de presse ensemble le mois dernier, et le maire Coderre a alors eu de bons mots pour M. Dumontier. En novembre dernier, le maire Coderre avait pourtant refusé de lui accorder sa confiance au-delà de 2017.

Dans la nouvelle entente, la Ville de Montréal aura ainsi le droit de remplacer le promoteur si certains critères de performance ne sont pas atteints. Selon ce scénario, la Ville de Montréal pourrait choisir un autre promoteur, mais uniquement pour la partie promotion de la course (par exemple : marketing, publicité, vente de billets). Le Groupe de course Octane resterait alors maître de la partie organisationnelle et logistique, qui est très complexe et nécessite une expertise particulière. En pratique, un éventuel remplacement du Groupe de course Octane serait toutefois compliqué, puisque Octane a aussi un contrat de promoteur avec la F1, dont les nouveaux propriétaires sont la société américaine Liberty Media.

Le maire Coderre avait annoncé en janvier dernier avoir conclu une entente de principe avec la F1 pour prolonger la tenue du Grand Prix du Canada jusqu'en 2029, mais que les détails devaient être négociés puis officialisés par les parties. L'entente finale doit être annoncée officiellement ce week-end.

Exploitation sexuelle et prostitution

En plus de l'entente financière avec la F1, les gouvernements doivent aussi aborder lors de l'annonce le dossier de l'exploitation sexuelle et de la prostitution durant le Grand Prix de F1, une question qui les préoccupe.

Plus tôt ce mois-ci, la Ville de Montréal a mandaté le Conseil des Montréalaises pour faire une étude sur la traite des femmes durant le Grand Prix. Cette étude durera trois ans.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer