Un budget «prudent» le 28 mars, promet Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard et le ministre... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard et le ministre des Finances Carlos Leitao.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les contribuables ne doivent pas espérer des baisses d'impôts du quatrième budget de Carlos Leitao qui sera déposé le 28 mars. Québec maintiendra l'équilibre budgétaire pour une troisième année consécutive avec un budget «prudent», a prévenu le premier ministre Philippe Couillard.

Il serait irresponsable selon lui d'annoncer des baisses d'impôts «financées par la carte de crédit de nos enfants, ou par la dette. Y aura-t-il un geste de plus, vous verrez, ces gestes seront posés sur des bases solides et non sur l'endettement de nos enfants.» Déjà, l'année 2017 débute avec l'avancement de l'abolition de la taxe santé, une ponction de plus de 755 millions $ par année dans les coffres du gouvernement, a rappelé M. Couillard. S'il y a des baisses d'impôts, elles devront venir de la croissance économique, a-t-il fait valoir.

La réforme de la fiscalité, que M. Couillard promettait en 2014, devra attendre. Le rapport du fiscaliste Luc Godbout préconisait des hausses de taxes contre des baisses d'impôts. «On ne veut pas augmenter la taxe à la consommation, pour des raisons de consommation et de croissance économique», a tranché M. Couillard.

«Ça ne sert à rien de faire des annonces mirobolantes si dans deux ou trois ans il faut recommencer à nouveau. Ce n'est pas le temps de faire miroiter des dépenses qu'on ne pourra maintenir à long terme ou des baisses d'impôts à crédit», a souligné le ministre Leitao. Le prochain budget tablera sur cinq années d'équilibre budgétaire. «Le Québec dans le rouge, c'est fini pour de bon!», a-t-il lancé.

«Il est temps de donner davantage le bénéfice de la croissance à tous les Québécois. Nous faisons ce que nous avons dit que nous ferions», a déclaré M. Couillard. La croissance des dépenses en santé sera de 4%, l'engagement pris par le gouvernement. En éducation, on sera près des 3,5% promis, a-t-il laissé entendre.

Avec un environnement international instable, en particulier au sud de la frontière, le gouvernement doit jouer de prudence et conserver une marge de manoeuvre pour faire face à des fluctuations imprévues.

Le ministre Leitao a assuré que les 700 millions $ non décaissés encore au budget de l'éducation le seraient en 2016-2017. Ce réseau fonctionne sur des années scolaires plutôt que l'année financière générale, a rappelé M. Couillard. Il a aussi répliqué au chef caquiste François Legault qu'une famille avec enfants a davantage d'argent à dépenser au Québec qu'en Ontario. Jusqu'à 130 000 $ de revenus, un ménage qui a deux enfants a plus d'argent à dépenser au Québec qu'en Ontario. Le ménage médian a 5000 $ de plus dans ses poches.




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer