70% des entreprises québécoises ont des difficultés à recruter

Quelque 70% des entreprises, au Québec, affirment avoir des difficultés à... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

Quelque 70% des entreprises, au Québec, affirment avoir des difficultés à recruter de la main-d'oeuvre, selon un sondage commandé par le Conseil du patronat.

Ce sondage Léger a été préparé en prévision du Rendez-vous national sur la main-d'oeuvre, organisé par le gouvernement Couillard, qui doit avoir lieu la semaine prochaine à Québec, et qui réunira les acteurs du milieu du travail et de la formation.

Les employeurs y indiquent que leurs difficultés à recruter du personnel se confirment tant pour des emplois qui exigent une scolarité de niveau secondaire (37%) qu'une scolarité de niveau collégial (29%), voire des emplois qui ne nécessitent même aucune diplomation spécifique (28%).

Même pour des emplois de niveau universitaire, les employeurs rapportent avoir des difficultés de recrutement, mais dans une moindre mesure: 8% pour le premier cycle et 5% pour les cycles supérieurs.

Au cours d'une entrevue, vendredi, le président-directeur général du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, a martelé le même message que bien d'autres organisations depuis des années: «on a un gros défi de valorisation des métiers au Québec», de valorisation de la formation professionnelle et technique.

«On est plus enclins à favoriser le parcours jusqu'à l'université - ce qui est très bien, soit dit en passant, pour les individus, on ne blâme pas ça. Mais, en même temps, on crée une plus grande rareté au niveau des métiers. Et dans les métiers, souvent, comme c'est moins valorisé, ça va être vu comme un pis-aller, non pas un choix de carrière», a déploré M. Dorval.

Interrogés à savoir quelles mesures gouvernementales pourraient le mieux leur venir en aide, ces employeurs ont cité les services d'aide à l'emploi, à égalité, à 43%, avec les programmes de formation ou stages.

Conciliation travail-famille

De même, les employeurs semblent percevoir les mesures de conciliation travail-famille comme un moyen d'attirer et de retenir du personnel, non plus seulement comme une exigence qui leur pèse.

Ainsi, 81% ont dit offrir des mesures pour concilier la vie personnelle ou familiale et le travail, comme des horaires flexibles, une réduction de la semaine de travail à la demande de l'employé ou des congés mobiles non rémunérés.

M. Dorval concède toutefois que cela pose parfois un problème d'équité au sein de l'entreprise, puisque ces mesures ne sont pas toujours offertes à tous.

«Il y a des avantages - on parle de plus grande attraction, de plus grande productivité du temps de travail - mais quand on regarde les aspects négatifs, les contraintes opérationnelles, c'est l'élément le plus difficile, les contraintes d'équité entre les employés», résume le pdg du Conseil du patronat.

Le sondage a été réalisé l'automne dernier, dans le cadre d'un sondage plus vaste, auprès d'un échantillon de 300 employeurs dans des entreprises comptant 10 employés ou plus. La marge d'erreur est de 5,7%, 19 fois sur 20.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer