Recyclage du verre: les détaillants avancent 6,7 millions

Éco Entreprises Québec va sélectionner six centres de tri... (PHOTO BRENT LEWIN, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Éco Entreprises Québec va sélectionner six centres de tri et l'équipement acheté sera en place à la fin de l'été,

PHOTO BRENT LEWIN, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'organisme Éco Entreprises Québec (EEQ), qui regroupe des détaillants et distributeurs alimentaires, annonce qu'il consacrera 6,7 millions à l'achat d'équipement spécialisé dans le tri du verre.

Cet équipement fabriqué en Angleterre sera offert aux centres de tri municipaux.

EEQ va sélectionner six centres de tri et l'équipement sera en place à la fin de l'été, affirme sa présidente-directrice générale, Maryse Vermette.

« Il y aura une période de démonstration de 15 mois et des échantillonnages pour s'assurer du bon fonctionnement de l'équipement », a-t-elle expliqué en entrevue avec La Presse.

L'équipement est fabriqué par la société britannique Kristeline, qui a conclu récemment un partenariat avec Machinex, un fabricant de Plessisville.

C'est une nouvelle manche dans la partie de bras de fer entre partisans et opposants de la consigne sur les contenants de verre, qui oppose notamment la Société des alcools du Québec à certains groupes écologistes.

Au printemps, le ministre de l'Environnement du Québec, David Heurtel, a dit vouloir introduire la consigne des bouteilles de la SAQ. L'industrie alimentaire, soutenue par l'organisme Éco Entreprises Québec, s'y oppose.

Le débat sur le recyclage du verre fait rage depuis la fermeture en avril 2013 de la principale usine de conditionnement de verre du Québec.

Depuis cette date, la plus grande partie du verre québécois aboutit dans les lieux d'enfouissement.

Le ministre Heurtel n'a pas souhaité commenter l'annonce d'EEQ hier.

Cependant, Mme Vermette affirme que l'annonce aura des suites, peu importe ce que décide le gouvernement.

«Il va toujours rester du verre dans le bac et il faut trouver des solutions. Et on demeure persuadés que la collecte sélective demeure la meilleure solution pour les bouteilles de vin, et que les gens vont continuer à les mettre dans le bac même si elles deviennent consignées.»

Maryse Vermette, présidente-directrice générale de l'organisme Éco Entreprises Québec

Pour Karel Ménard, du Front commun québécois pour la gestion écologique des déchets (FCQGED), l'annonce d'hier est une « excellente nouvelle ».

« Ça va améliorer le tri du verre, dit-il. Les deux systèmes doivent être améliorés : la consigne et la collecte sélective. » Cependant, il s'interroge sur la façon dont les centres de tri seront choisis pour recevoir l'aide d'EEQ.

Mme Vermette affirme qu'un comité de sélection incluant des experts indépendants conseillera le conseil d'administration, qui annoncera son choix en juin prochain.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer