Desjardins anticipe une légère croissance au Québec

Selon les économistes de Desjardins, la croissance du PIB... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon les économistes de Desjardins, la croissance du PIB sera fouettée par trois éléments principaux en 2016 et en 2017: l'injection de fonds dans des projets d'infrastructures, «le redressement des investissements des entreprises» et «la bonne tenue des exportations».

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les économistes de Desjardins s'attendent à ce que l'économie du Québec connaisse une timide accélération, et ce, autant en 2016 qu'en 2017.

Dans leurs plus récentes prévisions, ils écrivent que la progression du produit intérieur brut (PIB) de la province devrait atteindre 1,5 % au cours de la présente année et 1,7 % l'an prochain alors qu'elle avait plutôt été estimée à 1,3 % en 2015.

Selon eux, la croissance du PIB sera fouettée par trois éléments principaux en 2016 et en 2017: l'injection de fonds dans des projets d'infrastructures, «le redressement des investissements des entreprises» et «la bonne tenue des exportations».

Ces experts ajoutent, cependant, certaines nuances lorsqu'ils traitent de ce dernier facteur. Ils notent, en effet, que «les bienfaits de l'amélioration de la demande américaine et de la dépréciation du huard s'estomperont graduellement».

Par ailleurs, ils soulignent que la plupart des ménages n'auront visiblement pas la marge de manoeuvre nécessaire pour contribuer à la stimulation économique provinciale. D'après les économistes de Desjardins, «la situation financière de bien des Québécois demeure fragile et leur marge de manoeuvre est assez réduite en cas d'imprévu». Dans de pareilles conditions, ils seront fort probablement peu enclins à dépenser et à faire augmenter les ventes au détail.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer