Exclusif

Un nouveau carrefour pour start-ups

Les responsables de la Gare se sont inspirés... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Les responsables de la Gare se sont inspirés d'espaces comparables un peu partout dans le monde, notamment ceux de WeWork.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jeunes entreprises, peu importe leur secteur, à la recherche d'un environnement stimulant pour assurer leur croissance auront très bientôt une nouvelle option: la Gare, un espace collaboratif pour entrepreneurs mis sur pied par Credo.

Situé dans le Mile End, plus précisément au rez-de-chaussée d'un immeuble à l'intersection des rues Casgrain et Maguire, l'espace de 10 000 pieds carrés ouvrira officiellement ses portes la semaine prochaine, le 2 mars.

«On veut permettre aux gens de sortir de leur sous-sol et trouver des solutions à leur problème en parlant à un collègue à côté», fait valoir Marie Eve Boisvert, l'une des cofondatrices de Credo et responsable de la mise sur pied de la Gare.

«Nous, quand nous avons lancé Busbud, nous nous sommes ramassés jusqu'à une douzaine d'employés dans mon appartement du Plateau», raconte LP Maurice, président de Busbud et autre cofondateur de Credo.

«En rétrospective, c'était une grosse erreur, nous aurions dû sortir et rencontrer les gens de la communauté des start-ups davantage.»

Selon Mme Boisvert, les responsables de la Gare se sont inspirés d'espaces comparables un peu partout dans le monde, notamment ceux de WeWork.

Beaucoup d'accent sera aussi placé sur la création d'un programme «étoffé» de conférences et de formations données sur les lieux par des membres de la communauté.

«Juste sur notre rue, il y a plusieurs bonnes start-ups avec des gens très compétents», rappelle M. Maurice.

«C'est plus qu'un lieu physique. Ce qu'on souhaite, c'est de voir un peu comme une famille se créer autour de l'espace», ajoute Christian Bélair, lui aussi cofondateur de la Gare et Credo.

Réaliser des projets sociaux

Bien que ça en sera l'un des plus visibles à court terme, il ne s'agit pas du premier projet mené par Credo, un groupe formé cet automne par LP Maurice, Marie Eve Boisvert, Christian Bélair et Stéphanie Brisson.

La mission de ce regroupement est unique: réaliser des projets sociaux pour le compte de leurs concepteurs. L'initiative vient de la succession d'idées développées par LP Maurice et de l'inévitable difficulté à toutes les réaliser qui s'ensuivait.

«J'ai lancé quelques projets comme la Tournée des entrepreneurs, Entrepreneurs anonymes ou les Portes ouvertes start-up et je voulais que ça continue, explique-t-il. Mais il fallait quelqu'un qui allait prendre ces projets et courir avec. J'en ai parlé à quelques personnes, dont Alexandre Taillefer, qui m'a rapidement avoué avoir le même besoin. On l'a vu aussi avec l'initiative Je vois Montréal, où plein de gens se sont engagés à réaliser de bonnes idées sans nécessairement avoir l'expertise pour les mener à bien.»

D'où la création de Credo, une sorte de bureau de charge de projet. Les expériences respectives de Christian Bélair au Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec et de Marie Eve Boisvert à la direction des communications de Spectra et C2MTL sont mises à profit dans l'aventure.

«Le but est d'avoir une équipe qui est disponible pour réaliser des projets avec un impact social», résume M. Maurice.

La création de la Gare est l'un de ces projets, mais il servira aussi les propres intérêts de Credo en lui donnant «accès aux meilleurs», estime M. Bélair.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer