Les installations de Rio Tinto Alcan suscitent de l'intérêt

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, affirme que les... (Photo Rio Tinto Alcan)

Agrandir

Photo Rio Tinto Alcan

Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne



Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, affirme que les installations de Rio Tinto Alcan (RTA) qui seront fermées en décembre prochain à Shawinigan suscitent déjà de l'intérêt de la part d'éventuels repreneurs.

«Nous faisons des démarches et il y a des gens qui se montrent intéressés», a indiqué le ministre Marceau en entrevue avec La Presse Canadienne à l'issue d'une visite à Shawinigan, jeudi, où il a rencontré les différents acteurs au dossier, soit les élus régionaux, la direction de l'entreprise et le syndicat des 425 travailleurs.

Ceux-ci ont appris le mois dernier que l'aluminerie fermerait ses portes un an plus tôt que prévu, soit en décembre prochain plutôt qu'en décembre 2014.

M. Marceau a ajouté que Québec était prêt à allonger un soutien financier pour encourager une reprise des installations.

«Absolument. Tous les appuis que nous pouvons offrir, tout ce qu'on a dans notre coffre d'outils, on va l'utiliser», a déclaré le ministre lorsqu'on lui a demandé si des incitatifs avaient été offerts aux groupes intéressés.

Il s'est dit optimiste de voir un dénouement positif, faisant valoir qu'il s'agit là d'installations très attrayantes.

«Il s'agit de bâtiments qui, malgré leur âge, sont de très bonne qualité, qui ont été bien entretenus. Il y a une entrée électrique de haute puissance, il y a le gaz naturel qui s'y rend, des voies ferrées», a précisé M. Marceau, mettant son chapeau de vendeur.

«Moi je pense qu'on peut être optimiste», a-t-il ajouté.

Selon lui, même si le terrain est contaminé, les coûts de décontamination ne sont pas suffisamment élevés pour poser un problème.

M. Marceau n'a pas voulu identifier de groupes intéressés, indiquant qu'il était beaucoup trop tôt pour ce faire, mais il est déjà établi qu'il n'y aura pas de relance de l'aluminerie puisque celle-ci fabriquait de l'aluminium avec des cuves Soderberg, une technologie désuète qui n'est plus rentable.

Bien qu'un usage industriel soit le plus approprié pour des installations de ce type, le ministre Marceau a dit n'écarter aucune vocation qui permettrait de ramener une activité économique sur ce site.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer