Hydro: hausses salées à l'horizon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La prochaine hausse de tarifs d'Hydro-Québec risque de faire mal, surtout à... (Infographie La Presse)

Agrandir

Infographie La Presse

Hélène Baril

(Montréal) La prochaine hausse de tarifs d'Hydro-Québec risque de faire mal, surtout à cause de l'achat de production éolienne qui s'ajoutera aux surplus d'électricité existants. L'augmentation que réclamera Hydro-Québec au début d'août dépassera probablement les 6%.

C'est ce qu'a calculé l'Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité (AQCIE), à partir des chiffres disponibles et des dossiers tarifaires précédents.

Son porte-parole, Luc Boulanger, présent lors du lancement de la consultation sur la prochaine stratégie énergétique, estime que la question des surplus d'électricité devrait être examinée en priorité, avant le développement d'autres filières comme le solaire ou les hydroliennes.

«On a déjà des surplus énormes qui nous coûtent une fortune», dit-il, déplorant encore une fois la décision du gouvernement d'acheter 800 mégawatts supplémentaires d'énergie éolienne.

Comme l'an dernier, c'est l'achat de production privée, surtout de source éolienne, qui fera augmenter les tarifs à partir d'avril 2014. À elle seule, cette dépense se traduit par une augmentation de 2,7% des coûts d'Hydro-Québec Distribution.

Hydro, qui doit augmenter sa rentabilité, réclamera aussi à la Régie de l'énergie une hausse de son taux de rendement autorisé, ce qui ajoutera 2,1% aux tarifs d'électricité.

Au total, Hydro déposera des dépenses justifiant une augmentation de 6,2% de ses tarifs, d'après l'AQCIE. La société d'État déposera son dossier tarifaire au début du mois d'août.

Les consommateurs industriels d'électricité craignent de faire les frais de la chute de rentabilité des exportations. Hydro-Québec, qui a déjà encaissé des profits de 1,3 milliard de ses ventes à l'exportation, n'a retiré que 363 millions de profit des exportations l'an dernier.

«Il y a un manque à gagner de 1 milliard, que le gouvernement va récupérer dans le marché québécois», dit Luc Boulanger.

Hausse attendue des tarifs

Hausse des coûts d'approvisionnement : 2,7%

Indexation du bloc patrimonial : 0,4%

Hausse du taux de rendement à 9,2% : 2,1%

Hausse des coûts d'exploitation : 1%

Total : 6,2%

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer