Le taxi dans la ligne de mire du fisc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Dion, chef des relations publiques à Revenu... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Stéphane Dion, chef des relations publiques à Revenu Québec, estime que 7600 chauffeurs de taxi roulent dans la mauvaise direction fiscale.

Yvon Laprade
La Presse

Québec s'attaque à l'évasion fiscale dans l'industrie du taxi et souhaite récupérer 73 millions de dollars par année auprès des propriétaires de permis qui sont dans la ligne de mire du fisc, a appris La Presse Affaires.

Le problème est sérieux: plus du tiers des 22 700 détenteurs de permis, au Québec, ne sont pas inscrits au fichier des taxes et ne retournent pas la TPS et la TVQ qu'ils perçoivent de leurs clients.

«Nous avons fait ce constat. Le problème est assez répandu», confirme le chef des relations publiques à Revenu Québec, Stéphane Dion. Il estime ainsi que 7600 chauffeurs de taxi roulent dans la mauvaise direction fiscale.

Pour amener les chauffeurs fautifs à se conformer, Revenu Québec soutient vouloir emprunter la méthode douce et s'apprête à leur envoyer des lettres de sensibilisation et d'incitation à s'inscrire au fichier des taxes. Une stratégie qui prendra la forme d'une campagne de «conformité fiscale» faisant appel à la collaboration des principaux acteurs de l'industrie.

«Nous voulons néanmoins agir rapidement, précise Stéphane Dion. C'est une somme importante, 73 millions, en pertes fiscales annuellement. Les utilisateurs du taxi et les contribuables sont en droit de s'attendre à ce que les taxes qu'ils paient soient remises au gouvernement. De leur côté, les chauffeurs qui respectent leurs obligations n'ont pas à subir les conséquences de cette concurrence déloyale de la part de ceux qui ne se conforment pas.»

Revenu Québec semble vouloir emprunter, avec le taxi, le même chemin que celui qui a favorisé l'installation de modules d'enregistrement des ventes dans les restaurants, «qui s'est avérée un succès», soumet Stéphane Dion, en faisant allusion aux pertes fiscales annuelles de 420 millions dans la restauration.

Chauffeurs nerveux 

Or, aux postes de taxi, les chauffeurs sont nerveux, particulièrement ceux qui omettent depuis nombre d'années de retourner les taxes qui sont incluses dans le prix d'une course, et qui font augmenter les tarifs affichés au taximètre.

«C'est certain que ça en fatigue plusieurs», constate Laval Bilodeau, président du Regroupement des propriétaires de taxi de Montréal (RPTM). Ce chauffeur âgé de 65 ans, et qui affiche la bannière Coop Taxi, dit avoir entendu des chauffeurs remettre en question leur gagne-pain en raison de cette exigence du fisc de ne pas enfreindre les règles, sous prétexte que leurs revenus sont déjà insuffisants.

Dory Saliba, président de Taxi Hochelaga, ne veut pas jeter le blâme aux chauffeurs qui ne retournent pas les taxes. «Il y a une bonne proportion, à mon avis, qui sont tout simplement mal informés, et qui n'agissent pas de mauvaise foi.»

Mais il ajoute: «Il est important de suivre les règles et nous sommes d'accord avec les actions visant à faire tourner notre industrie dans la bonne direction. Nous avons besoin de gens honnêtes.»

Chez Taxi Diamond, plus importante bannière au Québec avec 1070 taxis qui affichent son losange, Denis Laramée croit que «ce ménage-là sera salutaire».

«Il y a une perception, dans le public, voulant qu'il y ait encore trop de chauffeurs qui travaillent au noir, déplore-t-il. Si cette intervention de l'État peut contribuer à rehausser notre image, c'est tant mieux. Parce qu'il y a beaucoup d'honnêtes commerçants qui gagnent leur vie convenablement.»

Le resserrement fiscal qui touchera le taxi survient au moment ou le nouveau Bureau du taxi de Montréal s'apprête à se réunir pour la première fois afin d'établir les priorités dans cette industrie.

«Il y en a qui affirment qu'il y a trop de permis et que les chauffeurs ne touchent pas assez de revenus pour bien vivre, et que les journées de travail sont trop longues, à raison de 12 heures par jour», rapporte le président du conseil d'administration du Bureau, Réal Ménard, responsable du dossier transport à la Ville de Montréal.

Il n'était pas au courant, lundi, de l'offensive de Revenu Québec auprès des chauffeurs.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer