Hydro rompt un important contrat avec SNC-Lavalin

Jusqu'à maintenant, 2100 projets d'économie d'énergie ont été... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Jusqu'à maintenant, 2100 projets d'économie d'énergie ont été terminés en vertu du programme de subvention d'efficacité énergétique.

Dans la foulée de la tourmente policière et éthique qui touche SNC-Lavalin, Hydro-Québec a décidé de lui retirer le contrat de gestion de son programme de subvention d'efficacité énergétique, a appris La Presse.

La société d'État met ainsi fin, à mi-parcours, au contrat de 80 millions sur cinq ans accordé à la filiale de la firme de génie-conseil, ÉnerCible.

Hydro-Québec commencera sous peu le rapatriement du programme Bâtiments destiné à sa clientèle d'affaires. De son côté, ÉnerCible devra vraisemblablement procéder à des licenciements. SNC-Lavalin a toutefois refusé de donner des précisions.

Hydro-Québec évalue actuellement «la charge de travail» afin de procéder à la réaffectation de son personnel. Aucune embauche n'est prévue. La société d'État explique qu'elle avait confié le programme Bâtiments à ÉnerCible en 2010 parce qu'il lui apparaissait «plus judicieux» de confier au privé le soin de distribuer des millions de dollars de subventions en son nom que de devoir embaucher du personnel. Le programme Bâtiments se poursuit jusqu'en 2015.

Aujourd'hui, le contexte a changé. «L'efficience» est devenue le maître mot d'Hydro-Québec dans ce dossier. «Le distributeur fait beaucoup d'efforts d'efficience pour améliorer ses processus. On améliore nos façons de faire, ce qui fait en sorte qu'il y a des ressources internes qui sont compétentes en la matière qui seront bientôt disponibles pour réaliser les activités du programme Bâtiments», a indiqué Patrice Lavoie au nom de la société d'État.

Selon M. Lavoie, les déboires de SNC-Lavalin des derniers mois, dont la mise en accusation pour corruption de son PDG démissionnaire, Pierre Duhaime, n'ont pas influencé le choix d'Hydro-Québec.

Dons illégaux

Il reste que la décision a été communiquée à ÉnerCible le 14 mars dernier, le jour même de la comparution devant la commission Charbonneau du vice-président principal et directeur général de la division Transport, infrastructures et bâtiment de SNC-Lavalin, Yves Cadotte.

Ce dernier a reconnu que la firme de génie-conseil avait mis au point un système de dons illégaux aux partis politiques municipaux et provinciaux. Au total, M. Cadotte a évalué que SNC-Lavalin, par l'intermédiaire de ses cadres, a ainsi versé 1 million de dollars. De plus, il a dit sous serment que SNC-Lavalin a participé, de connivence avec des firmes de génie concurrentes, au partage des contrats attribués par la Ville de Montréal et la Ville de Longueuil.

À Hydro-Québec, on soutient que la filiale de SNC-Lavalin a atteint les objectifs de son contrat, «tant en matière de qualité que de quantité», ce qui se compte en GWh.

Jusqu'à maintenant, 2100 projets d'économie d'énergie ont été terminés.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer