Loto-Québec parie sur les Oscars

Guy Lambert, ancien employé des Films Séville devenu... (Photo Joe Klamar, Agence France-Presse)

Agrandir

Photo Joe Klamar, Agence France-Presse

Guy Lambert, ancien employé des Films Séville devenu consultant auprès de distributeurs indépendants, a deviné tous les gagnants des Oscars, sauf Jennifer Lawrence (notre photo), nommée meilleure actrice par l'Académie.

Marie-Michèle Sioui
La Presse

Guy Lambert se devait de participer aux paris organisés par Loto-Québec pour la soirée des Oscars. Pour celui qui travaille dans le milieu du cinéma depuis des années, l'exercice était «aussi facile qu'un concours d'identification de tuyaux pour un plombier».

Pari gagné pour Loto-Québec, qui tentait l'expérience des gageures non sportives pour la première fois de son histoire. Guy Lambert n'avait jamais acheté de billets de loterie - sauf une fois ou deux, avec des collègues, pendant le temps des Fêtes - et, cette fois-ci, il n'a simplement pas pu résister à un jeu qui lui semblait tellement facile qu'il a d'abord cru à une blague. «Quand j'ai vu ça, je me suis dit que Loto-Québec me tendait la main, qu'on voulait vraiment me donner de l'argent, lance-t-il en riant. C'était comme gager en étant presque certain de gagner. Pour quelqu'un dans l'industrie, c'était facile.»

En regardant ses prédictions, on y croit. Guy Lambert, ancien employé des Films Séville devenu consultant auprès de distributeurs indépendants, a deviné tous les gagnants, sauf Jennifer Lawrence, nommée meilleure actrice par l'Académie. La statuette du meilleur réalisateur à Ang Lee? Il le savait, assure-t-il.

Avec une trentaine d'amis qui travaillent également dans le monde du cinéma, il a voulu faire un clin d'oeil à Loto-Québec, qui est venu «sur son terrain de jeu», pour reprendre son expression. «Mon but n'était pas de faire de l'argent», assure celui qui a remporté une centaine de dollars dimanche soir. «Je voulais juste taquiner mes amis et prouver que j'avais raison», ajoute-t-il, bon joueur.

Comme Guy Lambert, Alexandra Bélisle n'avait jamais été attirée par les jeux de hasard, mais elle s'est laissée tenter par les paris sur la grande soirée du cinéma, pour lesquels les sommes à gagner étaient inversement proportionnels aux chances d'un lauréat de l'emporter dans une catégorie donnée. À l'instar de Guy Lambert, elle serait heureuse de répéter l'expérience. «J'ai même proposé à Loto-Québec de lancer des paris sur les Grammy ou d'autres galas», dit l'étudiante universitaire fervente des histoires hollywoodiennes.

Prudence

Chez Loto-Québec, une évaluation de l'aventure des paris sur le cinéma sera faite sous peu, assure le porte-parole, Jean-Pierre Roy. Trois jours avant les Oscars, la société d'État avait annoncé que 3000 mises avaient été enregistrées en 25 jours, pour un total de 25 000$. «Il est fort probable que cet intérêt s'intensifiera à l'approche du gala cinématographique d'Hollywood», avait indiqué Loto-Québec à ce moment.

Prudent, Jean-Pierre Roy soutient que le potentiel des paris non sportifs reste à prouver. Quand même, «on n'a pas mis un sou en publicité», souligne-t-il.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer