Québec devrait avoir la plus forte croissance du Québec

La Presse Canadienne
Ottawa

Québec devrait afficher en 2013 la plus forte croissance économique des cinq régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province à l'étude du Conference Board du Canada.

L'organisme indique également jeudi que l'économie de Montréal demeurera au prise avec une croissance économique lente, tandis que Trois-Rivières devrait voir son niveau d'activité diminuer pour une deuxième année consécutive.

À Québec, le projet d'un amphithéâtre «conforme aux normes de la LNH» est à l'origine d'une troisième année consécutive de gains importants dans l'industrie de la construction.

L'économie de Québec devrait afficher un taux d'expansion de 2,1 pour cent en 2013.Toujours selon la Note de conjoncture métropolitaine, Montréal a connu en 2012 l'une de ses pires performances des quinze dernières années - avec une croissance inférieure à 1%.

Seule 2009, durement touchée par la récession, a été plus difficile.

La croissance anticipée pour Montréal est de 1,7 pour cent en 2013.

Les compressions au sein de l'administration fédérale font par ailleurs sentir leurs effets sur l'économie d'Ottawa-Gatineau.

L'organisme s'attend à ce que l'emploi accuse un recul dans le secteur public au cours des trois prochaines années - notamment de 3,8% cette année.

Conséquemment, la croissance du PIB réel de la région sera limitée à 1,3%.

À Sherbrooke, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel devrait s'accélérer pour atteindre 1,8% en 2013.

Bien que Saguenay n'ait connu qu'une modeste croissance du PIB réel en 2012, il s'agissait tout de même de la troisième hausse annuelle consécutive pour cette région.

Une envolée de l'activité dans les secteurs du logement et de l'emploi à Saguenay prendra fin en 2013, ce qui limitera la hausse prévue du PIB réel à 1,1%.

La décision du gouvernement provincial d'annuler la réfection du réacteur de la centrale nucléaire Gentilly-2, au coût de 2 milliards $, et de fermer la centrale a «infligé un choc» à l'économie de Trois-Rivières.

Le PIB réel a chuté de 1,1% en 2012 et devrait reculer encore de 0,6% en 2013.

«S'il est vrai qu'en 2012, Québec n'a enregistré qu'un taux de croissance de 1,2%, Montréal, elle, a été encore plus malmenée», précise Mario Lefebvre, directeur du Centre des études municipales du Conference Board.

«Les secteurs de production de biens dynamisent l'économie de Québec. On prévoit qu'après cinq années de repli, le secteur manufacturier prendra de l'expansion cette année. De son côté, le secteur de la construction peut s'attendre à une autre bonne année, grâce essentiellement au nouvel amphithéâtre capable d'accueillir une équipe de la LNH», a ajouté M. Lefebvre.

Par ailleurs, c'est en majeure partie grâce à la réouverture de la papetière White Birch que le secteur manufacturier devrait afficher une hausse de sa production pour la première fois depuis 2007.

Toutefois, l'austérité persistante dans les dépenses du gouvernement provincial freinera la progression du secteur des services, soutient le Conference Board.

Dans le secteur manufacturier, l'industrie aérospatiale montréalaise affichera une croissance satisfaisante, mais celle-ci sera quelque peu neutralisée par les difficultés qu'éprouvent certaines sociétés pharmaceutiques.

Le rapport soutient que la construction ne contribuera pas tellement à la croissance de l'économie, du moins d'ici au début des travaux de remplacement du Pont Champlain en 2015.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer