Best Buy/Future Shop ferme son seul magasin syndiqué

Les employés du Future Shop établi dans l'ancien... (Ivanoh Demers)

Agrandir

Les employés du Future Shop établi dans l'ancien Forum de Montréal étaient sous le choc en se heurtant à des portes closes, hier. Ismaël Amin, représentant syndical des 80 employés, a réconforté ses collègues.

Ivanoh Demers

Best Buy ferme son seul magasin syndiqué au Québec, le Future Shop du Forum de Montréal, dans le cadre d'une vague de fermeture de 15 magasins au Canada qui coûtera leur emploi à 900 personnes, dont 200 employés au Québec où l'entreprise fermera 4 magasins. Best Buy se défend d'avoir fermé le Future Shop du Forum pour des raisons syndicales, invoquant des motifs strictement financiers.

Selon le représentant syndical des employés, la fermeture du Future Shop du Forum n'est pas étrangère à sa syndicalisation il y a un an, d'autant plus qu'un arbitre devait être nommé aujourd'hui par Québec pour imposer une première convention collective. «Le magasin faisait des profits, mais on décide de le fermer alors qu'un arbitre doit bientôt imposer une convention collective», dit Ismaël Amin, qui travaillait chez Future Shop au Forum depuis huit ans et qui agissait comme représentant syndical des 80 employés du magasin depuis un an.

Le président des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), Antonio Filato, ne veut pas qualifier de «manoeuvre antisyndicale» la décision de Best Buy de fermer son magasin Future Shop du Forum, son seul magasin syndiqué. «Ce n'est pas comme le cas de Wal-Mart qui fermait un seul magasin, qui était syndiqué, dit-il. Il a fallu quatre ans pour obtenir notre accréditation avec Wal-Mart, tandis que Best Buy n'a pas contesté l'accréditation. Depuis un an, les négociations se sont déroulées normalement même si nous ne nous sommes pas entendus sur le contenu d'une convention. J'ai bien de la misère à dire qu'il y a eu des manoeuvres antisyndicales. C'est vrai qu'on ferme le seul magasin syndiqué, mais on ferme 15 magasins en même temps au pays et il y avait un Target qui allait ouvrir de l'autre côté de la rue. En même temps, je ne peux pas blâmer les employés de faire un lien entre les deux, surtout en raison des circonstances (l'arbitre allait être nommé aujourd'hui).» Le syndicat des employés du Future Shop du Forum était affilié au local 500 des TUAC.

Question financière

Best Buy, qui possède aussi la bannière Future Shop au Canada, affirme ne pas avoir fermé son magasin dans l'ancien domicile du Tricolore pour des raisons syndicales. «Ça n'a jamais été une variable dans l'équation. Nous avons fait un exercice strictement financier», dit Richard Laniel, vice-président du commerce de détail de Best Buy Canada.

L'entreprise fait valoir que sa décision de fermer 15 magasins à grande surface au Canada s'explique par le fait qu'elle veut ouvrir de nouveaux magasins plus petits. En mars 2012, Best Buy avait aussi fermé 50 magasins à grande surface aux États-Unis. «Les clients sont en train de changer leurs façons de magasiner et nous devons nous adapter, dit Richard Laniel, de Best Buy Canada. Nous voulons continuer d'ouvrir des magasins, mais plus petits.» Best Buy compte ouvrir deux Future Shops à taille réduite (5000 pieds carrés au lieu de 20 000 pieds carrés) en Ontario cette année, en plus de cinq Best Buy Mobile à l'échelle du pays.

Mais hier, Best Buy Canada annonçait plutôt des fermetures de magasins, 15 au Canada dont 4 au Québec. Outre le Future Shop du Forum, l'entreprise a mis la clef dans la porte du Future Shop de Sainte-Dorothée à Laval et des Best Buy à Lachenaie et Sherbrooke. Les employés ont appris la fermeture des magasins hier matin alors qu'ils se sont heurtés à des portes closes et des gardiens de sécurité en se rendant au travail. Les employés du Future Shop du Forum ont pu récupérer leurs effets personnels dans leur casier. «C'est difficile. Beaucoup de gens ont une famille. Plusieurs employés pleuraient», dit Ismaël Amin, qui travaillait au Future Shop du Forum depuis huit ans.

Responsabilité

À Ottawa, le NPD a dénoncé ces fermetures «sauvages». «Le respect auquel avaient droit les employés a été bafoué. C'est inadmissible», a dit la députée Hélène LeBlanc, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'industrie, par voie de communiqué.

Avec les fermetures d'hier, Best Buy a maintenant 141 magasins Future Shop, 72 magasins Best Buy et 47 magasins Best Buy Mobile au Canada. D'autres fermetures de magasins sont-elles à prévoir au cours des prochains mois? Best Buy Canada indique que non, mais que l'entreprise «continue [son] analyse afin d'être responsable financièrement», selon son vice-président Richard Laniel. Ces fermetures surviennent alors que Best Buy a déclaré un bénéfice avant impôt, intérêt et amortissement de 12 millions, mais une perte nette de 13 millions au dernier trimestre (septembre à novembre). Le fondateur de Buy Best, le milliardaire américain Richard Schulze, qui possède 19% des actions, serait en discussions pour racheter le reste de l'entreprise, qui exploite quelque 4350 magasins sous diverses bannières dans le monde.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer