La Caisse ne laissera pas tomber SNC-Lavalin

Robert Card, nouveau patron de SNC-Lavalin.... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Photo Martin Chamberland, La Presse

Robert Card, nouveau patron de SNC-Lavalin.

La Caisse de dépôt et placement du Québec n'a pas l'intention de se départir de ses actions de SNC-Lavalin, malgré les difficultés récentes de l'entreprise au plan de l'éthique.

Au contraire, la Caisse compte appuyer l'organisation dans ses efforts de réorganisation, a déclaré le PDG de la Caisse, Michael Sabia, lors d'une rencontre avec quelques journalistes.

«Nous pensons que c'est une vraie bonne compagnie, qui a un potentiel énorme. Nous sommes un investisseur significatif et nous comptons le rester. C'est certainement une compagnie qui a fait face à de sérieuses difficultés récemment. Nous sommes vraiment focalisés là-dessus. Mais c'est le genre de moment où un investisseur de long terme comme la Caisse a besoin d'être utile, pour aider ce genre d'entreprise à bâtir un pont vers l'avenir», a-t-il dit.

Rappelons que l'ex-PDG de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, a été arrêté en octobre dernier et accusé de fraude. Les autorités policières poursuivent leur enquête sur le versement possible de pots-de-vin de plus de 160 millions à la famille de l'ex-dictateur libyen Mouammar Khadafi par des hauts dirigeants de SNC-Lavalin. L'un des cadres soupçonnés est Riad Ben Aïssa, emprisonné en Suisse pour des allégations de blanchiment d'argent.

Michael Sabia a expliqué que la Caisse est en contact constant avec l'entreprise en cette période tumultueuse. «Nous avons parlé au conseil d'administration, au nouveau PDG (Robert Card) et nous allons garder ouverte la ligne de communication», a-t-il dit.

«Ont-ils du travail à faire? Oui, ils ont beaucoup de travail. Et oui, ils doivent nettoyer l'ensemble du personnel de gestion de l'entreprise. Et oui, ils doivent restructurer l'entreprise», a dit M. Sabia.

Selon le patron de la Caisse, SNC-Lavalin mérite d'être appuyée. «Vous savez, il n'y a pas beaucoup d'entreprises au Québec ou au Canada qui peuvent légitimement revendiquer le statut de leader mondial.»

«(En conservant SNC-Lavalin), nous sommes convaincus que nous délivrerons de la valeur à long terme pour nos déposants et en même temps, que nous aiderons à construire un leader légitime dans son domaine», a déclaré M. Sabia.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer