Risque de grève à l'aéroport de Dorval

La Presse Canadienne
Montréal

Les 600 agents de contrôle et coordonnateurs de points de fouille employés par Securitas à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, à Dorval, ont rejeté les dernières offres patronales.

Du même coup, ils se sont dotés d'un nouveau mandat de grève à exercer au moment jugé opportun.

Ces agents sont membres du Syndicat des métallos, affilié à la FTQ.

Leur représentant syndical, Michel Courcy, affirme que les négociations achoppent notamment sur le salaire, qui oscille actuellement entre 15 $ et 21 $ l'heure.

Les agents réclament la parité avec leurs collègues de Toronto, qui ont signé un contrat récemment.

Le Conseil canadien des relations industrielles devra décider prochainement des activités qui devront être maintenues en cas de grève.

Les travailleurs pourront déclencher une grève une fois que cette décision aura été rendue.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer