Lanaudière: les réponses d'Hydro contestées

Un groupe de citoyens persiste dans son opposition au projet d'une ligne de... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

(Montréal) Un groupe de citoyens persiste dans son opposition au projet d'une ligne de haute tension dans Lanaudière, car il estime que le projet n'est pas justifié.

Jeudi, la société d'État a répondu à 11 questions posées par le groupe Citoyens sous haute tension, mais pas de manière satisfaisante, selon Yvon Arbour, porte-parole du groupe.

«Ils répètent toujours la même chose», dit-il.

En particulier, M. Arbour, retraité d'Hydro-Québec, estime que la justification principale du projet ne tient pas debout.

Ligne nécessaire

Hydro-Québec affirme que la future ligne de 400 kilomètres, entre le poste de Chamouchouane, au Lac-Saint-Jean, et Pointe-aux-Trembles, est nécessaire pour transporter la nouvelle énergie du complexe La Romaine, sur la Côte-Nord, et des futurs projets éoliens au nord de Québec.

«Il n'y a pas de lien entre La Romaine et la Chamouchouane, dit M. Arbour. Et tous les parcs éoliens sont au nord de Québec et vont transiter par le réseau 315 kV. Dire que la nouvelle ligne va aider à transiter cette énergie-là, ça n'a pas de sens.»

«Le réseau de transport à 735 kV d'Hydro-Québec est un réseau intégré, c'est-à-dire que toutes les lignes sont raccordées les unes aux autres, affirme Hydro-Québec.

Dès qu'une nouvelle production est ajoutée sur le réseau, peu importe à quel endroit, ce sont pratiquement toutes les lignes qui se trouvent à transporter plus de puissance.»

«Depuis 1994, Hydro-Québec a intégré à son réseau près de 4300 MW de nouvelle production sans ajout de ligne de transport à 735 kV.»

Le mouvement d'opposition a l'appui de plusieurs municipalités de la région.

La construction de la ligne pourrait commencer en 2014 pour une mise en service en 2017. Son coût est estimé à un milliard.

Hydro-Québec a terminé jeudi une série de consultations sur ce projet.

La société d'État doit produire une étude d'impacts qui servira de base à une consultation devant le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer