Les yogourts Iögo ont déjà 12% du marché

Gerry Doutre...

Agrandir

Gerry Doutre

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) Le blitz publicitaire des nouveaux yogourts Iögo qui a cours depuis la mi-août a marqué les consommateurs canadiens. Les ventes de la gamme de produits laitiers d'Aliments Ultima, de Granby, ont représenté 12,3% des ventes de cette catégorie en octobre, soit 10 semaines après son lancement officiel.

Un score impressionnant pour un nouveau produit qui entre directement en concurrence avec Yoplait et Danone, des marques établies de multinationales à propriété française et américaine.

Le Québécois consomme en moyenne près de 11 kilos de yogourt annuellement, deux fois plus qu'aux États-Unis, mais deux fois moins que les Français.

Le taux de notoriété de la marque Iögo atteint 74% parmi les consommateurs de yogourts, un score qui se compare avantageusement à la norme de 30%.

«Après 50 millions en pub, j'espère (qu'on fait mieux que la norme)», a lancé à la blague Gerry Doutre, président et chef de la direction d'Aliments Ultima. Il prenait la parole à l'occasion d'un petit-déjeuner à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, jeudi.

Le lancement s'appuyait sur un budget colossal de 70 millions de dollars, du rarement vu au Canada pour un produit agroalimentaire ou même pour un produit de consommation de masse.

«Nous avons développé un plan de communication intégré d'une durée de 15 mois. C'était vraiment cool», a-t-il dit, en référence à l'engouement suscité par le lancement d'Iögo un peu partout au pays.

Ultima appartient aux coopératives Agropur et Agrifoods. Elle produit sous licence le yogourt français Yoplait depuis 1971. Après l'achat de Liberté par Yoplait en juillet 2011, Ultima risquait de perdre son seul client et devait se réinventer au plus vite si elle voulait rester en affaires.

Elle a pris la décision audacieuse de lancer sa propre marque de yogourts avec 65 produits couvrant 7 segments de marché. Elle a renouvelé le contrat de fabrication du Yoplait pour au moins les six prochaines années, au printemps dernier.

En 18 mois, l'entreprise québécoise a réussi à bâtir une gamme complète de nouveaux produits. Le fabricant a d'abord investi 10 millions à son usine de Granby.

Le 3 octobre, elle rajoutait 22 millions pour s'ajuster à la demande. Depuis le printemps, une cinquantaine d'embauches ont eu lieu ou surviendront prochainement à Granby.

Compte tenu du succès obtenu et de l'échéancier extrêmement serré qu'Ultima s'était donné, les yogourts Iögo sont aussi une réussite quant à la gestion de projet.

La section montréalaise du Project Management Institute a souligné le travail accompli par Ultima en lui décernant son prix du projet de l'année Elixir 2012.

Ultima entend consolider ses parts de marché au Canada, ce qui est un défi compte tenu de la taille et des moyens de ses concurrents.

Elle souhaite rembourser sa dette rapidement et garde un oeil fort intéressé sur le marché des États-Unis où des développements pourraient survenir plus tôt que tard.

Ultima a réalisé des ventes 330 millions en 2011 et emploie 750 personnes à Granby et à Longueuil.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer