Reprise «timide» du capital-risque au Québec

Ce n'est pas encore le Klondike, mais le pire semble derrière ceux qui... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Ce n'est pas encore le Klondike, mais le pire semble derrière ceux qui dépendent du capital extérieur pour tester de nouvelles idées.

Après deux trimestres de vaches maigres, les niveaux d'investissements en capital-risque ont retrouvé leur rythme de croisière au Québec, selon des statistiques qui seront dévoilées aujourd'hui.

Au troisième trimestre, 112 millions de dollars ont été mis dans les poches d'entreprises souvent non rentables dans l'espoir de les transformer en prochain Google. Il s'agit d'une baisse de 2% par rapport à la même période l'an dernier, mais une hausse de 9% par rapport au trimestre précédent.

«Bien que la reprise soit timide et ne saurait se comparer aux chiffres de l'année 2011, qui furent exceptionnels, elle nous permet d'anticiper des résultats pouvant se comparer avantageusement à ceux des années précédentes», a souligné par voie de communiqué Jack Chadirdjian, PDG de Réseau Capital, regroupement du capital-risque québécois.

L'année avait très mal commencé dans le secteur avec une chute de 63% au premier trimestre par rapport à 2011, suivie d'un autre plongeon de 25% au deuxième trimestre. Après neuf mois d'activité, les niveaux de 2012 atteignent maintenant 268 millions, encore bien en deçà des 363 millions récoltés à pareille date l'an dernier.

Bonnes nouvelles

Les données les plus récentes contiennent cependant quelques bonnes nouvelles. L'une d'elles concerne le secteur des sciences de la vie, qui a récolté 51 millions au cours du trimestre, plus du double qu'à la même période l'an dernier. L'entreprise de biotechnologies Thrasos, qui tente de mettre au point un traitement contre l'insuffisance rénale aiguë, a obtenu à elle seule 35 millions. La part des investissements en sciences de la vie avait beaucoup reculé au cours des dernières années.

Les entreprises en stade de démarrage et de prédémarrage, qui font aussi souvent figure de parents pauvres dans les récoltes de capital-risque, ont elles aussi connu un bon trimestre avec une hausse du financement de 77% par rapport à l'année précédente.

Les investisseurs étrangers ont été particulièrement actifs au cours du trimestre, en injectant 28 millions dans les entreprises québécoises, soit 38% de plus que l'an dernier.

------------------

LES POINTS SAILLANTS

- 112 millions investis dans 26 entreprises québécoises, une baisse de 2% par rapport à l'an dernier.

- Les sciences de la vie font un retour en obtenant 51 millions.

- La biotech montréalaise Thrasos décroche 35 millions.

Source: Réseau Capital

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer