Bonis des employés en forte hausse à la SAQ

Karyne Duplessis-Piché
Karyne Duplessis-Piché, collaboration spéciale
La Presse

(Montréal) Le montant des bonis versés aux cadres et aux employés de la Société des alcools (SAQ) a triplé au cours des six dernières années.

Et malgré une directive du gouvernement en 2010 visant à diminuer les bonis des dirigeants des sociétés commerciales, les sommes sont de nouveau à la hausse cette année au monopole d'État.

Selon des chiffres obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, les bonis versés par la SAQ sont passés de 3,4 millions de dollars en 2005 au montant record de 9,4 millions en 2010.

Le gouvernement du Québec avait d'ailleurs adopté en 2010 la loi 100 qui exigeait des dirigeants des sociétés commerciales «un effort de réduction, quant à la rémunération additionnelle fondée sur le rendement, dont le résultat serait au moins comparable à celui demandé au personnel de direction et d'encadrement des autres organismes.» Québec avait chiffré cette réduction à 10%.

Conformément aux demandes gouvernementales, la SAQ a diminué le montant de ses bonis l'année suivante.

Ceux-ci sont passés de 9,4 millions de dollars en 2010 à 8,2 millions en 2011. Mais ces compressions n'ont pas duré.

Les bonis sont de nouveau à la hausse cette année.

Ils s'élèvent à près de 8,5 millions de dollars, un montant versé en juin dernier.À la SAQ, on affirme pourtant appliquer la loi à la lettre. 

«La loi 100 ne touche pas le personnel non syndiqué et les employés syndiqués admissibles à la bonification, explique le porte-parole Renaud Dugas. Elle vise plutôt les cadres et les hauts dirigeants.»

Selon M. Dugas, un nombre croissant de personnes est par ailleurs admissible à ces bonis. Et puisque les salaires sont aussi à la hausse, les bonis, versés en proportion, suivent nécessairement, ajoute-t-il. 

«Cette situation n'a pas empêché la SAQ d'améliorer son ratio des frais d'exploitation», insiste-t-il.

La société d'État a d'ailleurs généré des profits records cette année, soit près d'un milliard de dollars, une somme à la hausse de 9,8% comparativement à l'année précédente.

Renaud Dugas assure que depuis l'application de la loi en 2010 le président de la SAQ, Philippe Duval, a diminué son propre boni de 15 à 5% en fonction du salaire qui lui est versé.

M. Duval a ainsi touché un boni de 16 454$ cette année selon le salaire de 329 074$ qu'il a empoché. 

Les bonis des vice-présidents ont eux aussi diminué de 25 à 15% de leur salaire.

Ceux des cadres ont baissé de 30%. Il admet toutefois que si la SAQ n'appliquait pas la loi, «les bonis seraient encore plus élevés».

L'an dernier, 2164 employés se sont partagé 8,2 millions de dollars en bonis, ce qui équivaut en moyenne à près de 4000$ chacun.

À ce montant s'ajoutent près de 3 millions de dollars versés en primes prévues selon les conventions collectives de ses employés.

- Avec la collaboration de William Leclerc

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer