Payer plus cher pour acheter local

(Montréal) Même si les magasins à grande surface imposent la dictature des bas prix dans le commerce de détail, les petites entreprises du coin ont encore la cote auprès des consommateurs.

Par-dessus le marché, les Canadiens sont prêts à payer une prime importante pour acheter local, confirment deux sondages dévoilés ces derniers jours.

À l'épicerie, la vaste majorité des Canadiens favorise les produits canadiens lors de l'achat des légumes (91%), des fruits (86%), de la volaille (84%) et du boeuf (78%), démontre un sondage Pollara diffusé, jeudi, par BMO Banque de Montréal.

Les consommateurs sont prêts à débourser davantage pour des aliments locaux. En moyenne, les Canadiens sont disposés à payer 16% de plus pour des fruits et légumes d'ici et 19% de plus pour de la viande canadienne.

La cote d'amour est encore plus élevée pour les spécialités régionales. Ainsi, les consommateurs de la Colombie-Britannique et de l'Ontario sont plus nombreux à choisir des vins canadiens. Le boeuf est à l'honneur en Alberta, le poisson dans les provinces Atlantiques et les fromages au Québec... de même que le sirop d'érable.

La plupart des Canadiens achètent leur nourriture au supermarché (77%). Mais plusieurs s'approvisionnent directement auprès d'un fermier de la région (12%) ou d'un comptoir spécialisé de fruits et légumes (7%). Cette tendance est nettement plus prononcée au Québec (16%), où les marchés publics ont connu beaucoup d'engouement.

Les consommateurs préfèrent les aliments locaux pour la fraîcheur des produits (14%), par souci de l'environnement (10%) et pour des raisons de sécurité alimentaire (9%).

Mais quand les consommateurs optent pour des produits d'ici, c'est d'abord et avant tout pour aider les producteurs de leur région (28%).

«Il est rafraîchissant de constater que les Canadiens reconnaissent l'importance de l'agriculture. Le secteur agricole représente 8% de l'économie canadienne et fournit un emploi sur huit au pays. C'est une industrie très importante», insiste David Rinneard, directeur régional, Agriculture, chez BMO Banque de Montréal.

Cette volonté d'encourager les entreprises locales ne se limite pas à l'alimentation. La majorité (61%) des Canadiens est prête à payer plus cher pour appuyer les petites entreprises bien implantées de leur communauté, indique un autre sondage RBC/Ipsos Reid, diffusé mardi.

«La plupart des Canadiens estiment que les petites entreprises sont le moteur de leur collectivité. Ils sont fiers de les appuyer», explique Mike Michell, directeur général, Services à la petite entreprise, chez RBC Banque Royale.

En fait, 91% des Canadiens considèrent que les petites sociétés jouent un rôle vital dans l'économie et qu'elles créent des emplois essentiels.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer