Le conflit étudiant porte un coup dur à l'image de Montréal

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Le conflit étudiant a bousculé la tranquillité et... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

Le conflit étudiant a bousculé la tranquillité et l'indifférence ambiante, un peu comme à l'époque des référendums de 1980 ou de 1995, quand les réunions de famille pouvaient dérailler pour un oui ou pour un non.

Les images d'émeutes et d'arrestations musclées diffusées un peu partout sur la planète ont sérieusement plombé les affaires des hôteliers montréalais ce printemps, selon ce qu'ont fait valoir plusieurs représentants du milieu à La Presse Affaires.

Selon l'Association des hôtels du Grand Montréal (AHGM), le revenu moyen par chambre a reculé de 10,7% le mois dernier par rapport à mai 2011, et le taux d'occupation a baissé de 7,4%. L'organisme s'attendait en outre à une baisse «d'au moins» 11% des revenus en juin.

«Une chose est certaine: la belle image qu'a Montréal depuis deux ou trois mois, ça n'a pas aidé, a déploré William Brown, vice-président de l'AHGM. On a eu plusieurs annulations justement à la suite de tout ce qui se passe à Montréal.»

Le secteur hôtelier montréalais a connu en 2011 sa meilleure année depuis 30 ans, selon Tourisme Montréal. Une tendance qui semblait vouloir se poursuivre en 2012.

«Montréal était en forte croissance, ça allait très bien, dit Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Montréal. Le marché a suivi et jusqu'en avril ça allait bien. Mais là, on vit les conséquences de la crise sociale.»

Une analyse partagée par Éric Hamel, assistant-directeur général du Loews Hôtel Vogue. «Avant les étudiants, ça allait très bien. Nos taux de réservation étaient en avance par rapport à l'année passée. Depuis six semaines, on fait beaucoup moins de réservations pour le futur qu'on en faisait au même moment l'année passée. On espère, mais disons que la saison estivale n'est pas gagnée encore...»

Image ternie

La perception des hôteliers ne repose pas sur du vent. Selon une analyse faite par la firme Influence Communication, le Québec a généré au début juin 550% plus d'intérêt que l'an dernier dans la presse internationale en raison du conflit étudiant et de l'affaire du «dépeceur» Luka Rocco Magnotta.

Malgré cette masse de reportages diffusés sur le Québec, la couverture attribuée aux «attraits touristiques» de la province, comme les festivals, a chuté de 78% par rapport à l'an dernier. La majorité de la couverture est négative, en somme, selon Jean-François Dumas, président d'Influence Communication.

Le vice-président de Tourisme Montréal tente néanmoins de se faire rassurant, en dépit de la déception des hôteliers - et des millions perdus.

«On peut dire que la grande partie de la baisse n'est pas structurelle, elle est conjoncturelle, soutient Pierre Bellerose. Le fonds de commerce est toujours là, et on espère qu'on va revenir à la performance assez impressionnante qu'on avait avant.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Trop d'hôtels dans la métropole?

    Québec

    Trop d'hôtels dans la métropole?

    Des milliers de chambres se sont ajoutées au parc hôtelier montréalais depuis le milieu des années 2000. En ce moment même, un nouvel hôtel de 40... »

  • Course à la modernisation à Montréal

    Québec

    Course à la modernisation à Montréal

    Le Loews Hôtel Vogue a beau détenir une cote cinq étoiles, sa façade n'est plus dans le coup. Les marquises vert forêt, héritage direct des années... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer