Aveos: Québec passe à la prochaine étape

Devant l'échec de la reprise des activités principales d'Aveos, le ... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Sylvain Larocque
La Presse Canadienne
Montréal

Devant l'échec de la reprise des activités principales d'Aveos, le gouvernement du Québec concentre désormais ses efforts sur la relance des deux autres divisions de l'entreprise.

La Cour supérieure du Québec s'apprête à autoriser la vente en pièces détachées des actifs de maintenance d'avion d'Aveos, qui est en restructuration judiciaire depuis mars. Cinq acheteurs pourraient se séparer les lots pour une somme totale d'environ 10,8 millions $.

Ceux-ci s'intéressent aux équipements d'Aveos, mais pas à la relance des activités de maintenance d'avions de l'entreprise.

Lors d'un point de presse tenu en marge d'une annonce, jeudi, le ministre du Développement économique, Sam Hamad, a dit respecter le processus judiciaire.

De son côté, le président du syndicat des employés d'Aveos, Jean Poirier, a estimé que la direction d'Aveos envisageait le démantèlement de ses activités de maintenance d'avions depuis 2007. Il espère que la poursuite récemment intentée par Québec contre Air Canada (AC.B), principal client d'Aveos, permettra de réanimer cette division à moyen terme.

Entre-temps, M. Poirier continue de discuter avec des investisseurs intéressés à reprendre les activités de maintenance de moteurs et de composants d'avions, qui sont toutes les deux concentrées à Montréal. De son côté, le ministre Hamad prévoit rencontrer certains d'entre eux au salon aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, le mois prochain.

La relance des activités de maintenance de moteurs et de composants d'avions pourrait permettre de redonner du travail à quelques centaines des 1800 personnes qu'Aveos employait avant de se placer à l'abri de ses créanciers.

Selon Jean Poirier, les chances de survie des activités de maintenance de moteurs et de composants d'avions sont bonnes puisque Air Canada s'est engagé à confier du travail aux entreprises qui prendront le relais d'Aveos dans ces domaines.

Le transporteur n'a pas fait de même pour ce qui est des activités de maintenance d'avions, ce qui explique, d'après M. Poirier, le peu d'intérêt des repreneurs à cet égard.

La révision générale des appareils d'Air Canada qui était auparavant assurée par Aveos à Montréal, Winnipeg et Vancouver est actuellement effectuée par différentes entreprises situées au Québec, en Allemagne, au Brésil et aux États Unis.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer