Yoplait avale Liberté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le géant français du yogourt, Yoplait, n'a fait qu'une bouchée du producteur québécois de produits laitiers frais Liberté, dans une transaction dont le montant n'a pas été divulgué.

Liberté, fondée en 1928 par des immigrants russes, a commencé ses activités modestement au coin des rues Duluth et Saint-Urbain à Montréal, là où se trouve aujourd'hui le café Santropol, pour devenir l'entreprise à forte croissance qu'on connait aujourd'hui.

Maintenant installée à Saint-Hubert, Liberté emploie 210 personnes et exploite deux usines au Québec, à Brossard et à Saint-Hyacinthe.

Yoplait, deuxième acteur en importance dans ce secteur après Danone, a fait savoir qu'elle avait acquis l'entreprise québécoise appartenant à ses dirigeants, ainsi qu'aux firmes d'investissement Roynat Capital et Swander Pace Capital. Aucune autre précision n'a été apportée et aucun des représentants des entreprises n'a pu être joint hier.

Selon les informations disponibles, Liberté a réalisé en 2009 un chiffre d'affaires de 175 millions de dollars. Ses produits bios sont vendus sur les marchés du Québec et de l'Ontario, de même que dans le nord-est des États-Unis.

Yoplait, pour sa part, est présente au Québec depuis longtemps grâce à une entente de franchise conclue en 1971 avec Agropur, qui fabrique notamment les produits Yoplait à son usine de Granby.

Créneau d'avenir

Les produits bios sont un créneau que Yoplait entend faire croître, selon ses dirigeants. L'acquisition de Liberté lui permet «d'acquérir une position forte sur un nouveau segment de marché en croissance rapide», a fait savoir l'entreprise dans un communiqué.

Yoplait est la propriété à parts égales de PAI Partners et de la coopérative laitière Sodiaal. PAI Partners a déjà annoncé qu'elle avait l'intention de vendre sa participation dans Yoplait.

Danone, concurrent de Yoplait, est déjà présente dans les produits biologiques et naturels avec la marque Stonyfield.

Publicité trompeuse

Hier, Danone a accepté de verser 21 millions au gouvernement américain pour avoir fait de la publicité trompeuse. L'entreprise avait fait valoir que son yogourt Activia favorise la régularité et que sa boisson Activia aide à combattre le rhume et la grippe. Selon le gouvernement américain, de telles prétentions doivent obtenir l'approbation de Food & Drug Agency avant d'être utilisées dans une publicité.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer