Exclusif

Bell veut racheter Séries+ et Historia à Corus

En janvier dernier, Corus a acquis Shaw Media pour... (PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

En janvier dernier, Corus a acquis Shaw Media pour 2,65 milliards, ce qui a consolidé les acquis au Canada anglais de l'entreprise dont le siège social est à Calgary et la haute direction, à Toronto.

PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois ans après avoir été forcé par les autorités réglementaires de vendre les chaînes de télé Séries+ et Historia à Corus dans le cadre de la transaction Bell-Astral, Bell Média tente de les racheter à Corus, a appris La Presse.

Lors d'une réunion de son conseil d'administration à la mi-avril, Corus a décidé de vendre ses deux principales chaînes de télé spécialisées francophones, Séries+ et Historia. Au cours des dernières semaines, Corus a communiqué avec deux acheteurs potentiels, Bell Média et V Média.

L'entreprise n'a pas mandaté de banquier, ayant préféré s'occuper elle-même de ce dossier. Corus demande entre 200 et 250 millions pour les deux chaînes, selon nos informations. En 2013-2014, Séries+ et Historia ont généré ensemble des profits de 22,6 millions. Corus demande donc entre 9 et 11 fois ses profits annuels pour vendre les chaînes.

Selon nos informations, les discussions entre Bell Média et Corus au sujet de l'achat de Séries+ et d'Historia sont très avancées. Plusieurs points importants - dont le prix de la transaction - font déjà l'objet d'un accord de principe entre les deux parties. Il reste toutefois plusieurs détails importants à régler avant de conclure une transaction, notamment ce qui arriverait en cas de refus de la transaction par les autorités réglementaires. Actuellement, les deux parties n'ont pas conclu d'entente finale.

Bell Média et Corus n'ont pas commenté, jeudi, nos informations au sujet de leurs pourparlers, indiquant toutes deux « ne pas commenter les rumeurs ou les spéculations ». 

« Corus continue d'être propriétaire et d'opérer Séries+ et Historia », a déclaré la vice-présidente aux communications de Corus Dervla Kelly.

V Média n'a pas commenté le dossier.

Trois ans après avoir été forcé par les autorités... (INFOGRAPHIE LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Trois ans après avoir été forcé par les autorités... (INFOGRAPHIE LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

INFOGRAPHIE LA PRESSE

RETOUR DANS LE FUTUR

En 2012, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et le Bureau de la concurrence avaient interdit à Bell Média d'acheter la totalité des 25 chaînes de télé d'Astral (incluant Séries+ et Historia), au motif que Bell Média aurait pu « adopter des pratiques anticoncurrentielles », selon le CRTC.

Bell Média a ensuite proposé une deuxième version de la transaction - approuvée par les autorités réglementaires - où Bell Média a vendu 13 des 25 chaînes de télé spécialisées d'Astral. Corus a ainsi fait son entrée en télévision spécialisée francophone en achetant Séries+, Historia et les chaînes Télétoon à Bell Média pour 400 millions (ce montant inclut aussi les chaînes anglophones Teletoon et deux stations de radio à Ottawa).

Trois ans plus tard, Corus tente de revendre deux des trois chaînes en question à Bell Média. L'entreprise compte actuellement quatre chaînes spécialisées francophones : Séries+, Historia, Télétoon et La chaîne Disney (une chaîne lancée l'an dernier sur l'ancienne licence de Télétoon Rétro). Elle a offert les deux scénarios : acheter les quatre chaînes ou le combo Séries+/Historia. La deuxième solution est toutefois plus simple, notamment parce que Télétoon a une licence bilingue (Corus ne veut pas se défaire de sa chaîne anglophone Teletoon) et que Corus ne veut pas vendre sa chaîne anglophone The Disney Channel.

Qu'est-ce qui a changé en trois ans pour que Corus, dont le siège social est à Calgary et la haute direction, à Toronto, songe à quitter le petit écran québécois ? 

En janvier dernier, l'entreprise a acquis Shaw Media, la division médias de l'entreprise de télécommunications Shaw Communications, pour 2,65 milliards. Les deux entreprises (Corus Entertainment et Shaw Communications) ont le même actionnaire majoritaire, la famille albertaine Shaw. À la suite de cette transaction, Corus a pris de l'envergure au Canada anglais, mais reste le cinquième diffuseur en importance au Québec (après Québecor, Bell, Radio-Canada et V). Depuis le départ de Mario Cecchini le mois dernier, Corus n'a plus de haut dirigeant au Québec. Au cours des derniers jours, Carole Bonneau, vice-présidente à la programmation de Télétoon et responsable des acquisitions de Séries+, a aussi quitté l'entreprise.

Ironiquement, les pourparlers avec Bell surviennent alors que Corus vient de mettre fin au mandat de l'équipe de Bell Média de vendre (moyennant commissions) la publicité de ses quatre chaînes spécialisées francophones (Séries+, Historia, Télétoon, La chaîne Disney). Cet arrangement faisait partie de la vente des chaînes de Bell Média à Corus en 2013.

Si Corus et Bell parviennent à s'entendre (une deuxième fois) pour s'échanger Séries+ et Historia, les parties se prépareront à l'éventualité d'un débat réglementaire, mais de moindre ampleur que celui ayant entouré Bell-Astral. Du moins au CRTC, qui a comme politique d'approuver les transactions donnant à une entreprise le contrôle de moins de 35 % des parts de marché en télé. 

Si elle se confirme, l'acquisition de Séries+ et Historia ferait passer les parts de marché de Bell Média en français d'environ 22 à 27 %. Le Bureau de la concurrence, qui doit aussi faire sa propre analyse, avait toutefois considéré de façon spécifique la question de la concentration de propriété des chaînes spécialisées dans Bell-Astral.

SÉRIES+ EN BREF

Revenus : 21,6 millions

Dépenses de programmation : 3,4 millions

Dépenses totales : 8,4 millions

Profits (bénéfices avant impôts et intérêts) : 13,1 millions

Marge de profit : 60,7 %

HISTORIA EN BREF

Revenus : 14,8 millions

Dépenses de programmation : 1,9 million

Dépenses totales : 5,1 millions

Profits (bénéfices avant impôts et intérêts) : 9,5 millions

Marge de profit : 64,5 %

_________________________________________

Note : Données financières pour l'année 2013-2014

Source : CRTC

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer