Yellow Média abolit 300 emplois

Les bureaux de Groupe Pages Jaunes, une filiale... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Les bureaux de Groupe Pages Jaunes, une filiale de Yellw Média, à l'Île des Soeurs.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En bourse

t.y
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

En pleine transition afin de se spécialiser davantage dans le secteur numérique, Yellow Média (T.Y)  supprime 10% de son personnel, soit 300 emplois reliés principalement à ses activités des médias imprimés.

Cette décision, annoncée par l'entreprise mardi, survient un peu moins de deux mois avant l'arrivée de son nouveau président et chef de la direction, Julien Billot, qui doit entrer en fonction le 1er janvier.

La majorité des postes seront supprimés d'ici la fin de l'année et le reste, au début de 2014. La majorité des bureaux de la société à travers le pays, dont celui de Montréal, seront touchés par les mises à pied.

«Pour être en mesure d'accélérer la croissance des produits tirés des médias numériques, nous avons pris une décision difficile de modifier les forces dynamiques à l'oeuvre au sein du personnel», a indiqué Ginette Maillé, chef de la direction financière de Yellow Média.

La compagnie envisagera autant que possible la candidature des employés dont les postes sont touchés par l'annonce pour combler des postes ouverts dans d'autres secteurs d'activités.

Yellow Média, qui tente d'offrir davantage de services de publicité en ligne, dit avoir déjà embauché 175 personnes dans le secteur des médias numériques et ajoute que d'autres embauches sont à prévoir.

L'éditeur des Pages Jaunes tente de trouver sa niche dans le secteur numérique dans un contexte où la publicité destinée aux médias imprimés ne cesse de diminuer depuis de nombreuses années.

L'entreprise a récemment élargi son offre de services pour les médias numériques, notamment en proposant la production de vidéos ainsi que la mise sur pied de sites Internet pour petites et moyennes entreprises.

Ces mises à pied ne semblent toutefois pas signifier la fin de l'annuaire téléphonique des Pages Jaunes à court terme.

«Pour l'instant, ça serait surprenant, a indiqué en entrevue une porte-parole de l'entreprise, Fiona Story. L'imprimé génère encore des revenus même s'ils sont en déclin.»

En 2012, Yellow Média avait supprimé des emplois au sein des activités d'annuaires imprimés de sa division Canpages sans toutefois en dévoiler le nombre.

Selon Andrew Calder, de RBC Marché des capitaux, une charge de restructuration variant entre 25 millions et 30 millions de dollars devrait être inscrite dans les résultats du quatrième trimestre en lien avec ces mises à pied.

«Les économies réalisées grâce à cette restructuration devraient aider Yellow Média a financer ses nouvelles embauches, ce qui ne devrait pas trop affecter négativement la société», a indiqué l'analyste dans une note.

Au troisième trimestre, les revenus du secteur numérique ont représenté 43% de l'ensemble des revenus de l'entreprise.

En date du 30 septembre dernier, Yellow Média comptait sur 283 000 annonceurs, comparativement à 319 000 au cours de la même période en 2012.

M. Billot, le nouveau PDG de l'entreprise, possède 20 ans d'expérience dans le secteur des médias numériques. Âgé de 45 ans, il était jusqu'à tout récemment un haut dirigeant de l'entreprise française Solocal Group.

M. Billot succède à Marc Tellier, qui était occupait ce poste depuis 2001 avant de quitter au mois d'août dernier.

L'action de Yellow Média a cédé mardi 7 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 14,97 $.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer