Electronic Arts ferme un studio à Montréal

Sur le même thème

Jean-François Codère
La Presse

(Montréal) Le géant américain du jeu vidéo Electronic Arts a sabré jeudi son personnel montréalais. La Presse a appris que l'un des trois studios du groupe à Montréal, Visceral Games, avait fermé ses portes.

Il a toutefois été impossible de connaître le nombre exact d'employés affectés. L'évaluation est compliquée entre autres par le fait que plusieurs de ces employés étaient «prêtés» par d'autres studios du groupe. Ce sont toutefois au bas mot une centaine de personnes qui ont perdu leur emploi.

Avant ces mises à pied, les trois studios d'Electronic Arts employaient au total environ 750 personnes. Les deux autres unités, Bioware et Playing Mantis, ne sont pas affectées, selon nos informations.

Les employés de Visceral Games ont récemment participé à la création du jeu Deadspace 3, lancé le 5 février. Ils devaient normalement aussi mettre la touche finale à Army of Two: The Devil's Cartel, le troisième opus d'une série entièrement conçue à Montréal. La publication de ce jeu est prévue pour le 26 mars prochain, ce qui laisse croire que sa production vient de se terminer.

Electronic Arts a fait savoir qu'elle offrirait à certain des employés remerciés de nouveaux postes au sein de l'une ou l'autre de ses deux unités restantes. La filiale Bioware a annoncé en novembre dernier qu'elle doublait ses effectifs afin de créer le quatrième épisode de la prestigieuse série Mass Effect. Une centaine d'emplois, au minimum, devait alors être créée.

Le troisième studio, dédié aux jeux mobiles, a lui aussi annoncé des changements en novembre dernier. Il a alors adopté un nouveau nom, Playing Mantis, et une nouvelle structure. Playing Mantis pilote notamment le développement de la version mobile du jeu Scrabble.

Frank Gibeau, le président de la division EA Labels, qui chapeaute Visceral, a confirmé les mises à pied par le biais d'un message sur le blogue de l'entreprise.

«Aujourd'hui, nous avons remercié des gens à Los Angeles et Montréal, ainsi que dans d'autres plus petits studios, a-t-il écrit. Ce sont de bonnes personnes et nous leur avons offert des services de replacement et des indemnités de départ afin de faciliter leur transition vers un nouvel emploi.»

Par courriel, une porte-parole de l'entreprise a ajouté qu'«EA Montréal est un studio clé où notre plan à long terme est de concentrer les efforts de nos équipes sur les jeux mobiles ou pour consoles. »

Electronic Arts a annoncé à la fin janvier des résultats financiers inférieurs aux attentes pour le 3e trimestre et réduit ses prévisions pour pour l'année entière.

Ces mises à pied s'ajoutent, dans le petit monde montréalais du jeu vidéo, à celles effectuées il y a quelques semaines à peine par le développeur norvégien Funcom et à la faillite de l'entreprise américaine THQ. Les actifs du studio montréalais de cette dernière ont toutefois été rachetés par Ubisoft et ses 170 employés ont conservé leur poste.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer