Produire un film en cinq étapes

Iron Man... (Photo Paramount Pictures)

Agrandir

Photo Paramount Pictures

Iron Man

Les étapes de la production d'un film.

1. L'idée et le financement

L'idée est trouvée (le réalisateur et les acteurs principaux aussi), mais encore faut-il la financer. Les six grands studios hollywoodiens (Warner, Disney, 20th Century Fox, NBC/Universal, Paramount, Sony/Columbia) financent eux-mêmes leurs films auprès des banques. Si le film est produit à l'extérieur d'un grand studio, le producteur indépendant tentera de trouver des investisseurs. Il vendra aussi les droits de distribution internationaux du film auprès de distributeurs de différents pays. Pour se financer auprès des banques, le producteur mettra en garantie ces contrats de distribution internationale, qui garantissent des revenus futurs sur les recettes au box-office dans les pays en question, et les crédits d'impôt obtenus de l'État ou la province où il tourne.

2. La production

Sur le plateau, les banques et les investisseurs restent discrets mais ils ne sont jamais loin, surveillant les dépenses. Si un réalisateur dépense trop, les banques peuvent reprendre le contrôle du tournage selon leur contrat.

3. Le marketing

Aujourd'hui, les studios dépensent l'équivalent de la moitié de leur budget de production en marketing (ex: 20 millions pour un film qui a coûté 40 millions à produire, pour une facture totale de 60 millions). À toutes les étapes, un producteur indépendant peut tenter de convaincre des investisseurs privés. C'est particulièrement vrai au moment du lancement, où quelques millions supplémentaires peuvent être nécessaires afin de financer la campagne marketing et les copies du film en salle.

4. La sortie en salles

Échec ou succès commercial? Les studios le sauront dès le vendredi après-midi, après seulement quelques représentations, grâce aux savants algorithmes de firmes spécialisées. Les studios et les salles de cinéma se partagent chacun environ la moitié des recettes du box-office. Les films les plus attendus de l'année peuvent exiger un meilleur pourcentage des recettes (jusqu'à 55%), un nombre d'écrans garantis ou une période minimale à l'affiche, quand ce n'est pas carrément les trois. La dernière tendance pour les films moins commerciaux, notamment les documentaires: une sortie simultanée sur iTunes et dans un tout petit nombre de salles de cinéma.

5. La sortie sur DVD, télé à la carte, Netflix, iTunes, etc.

Au Canada, les studios attendent généralement quatre mois après la sortie en salles pour voir le film en DVD. Il y a une décennie, il fallait parfois attendre un an. «Les studios ont considérablement réduit le temps d'attente. J'ai déjà vu 16 jours! Certains producteurs voient presque les salles de cinéma comme une plateforme marketing pour faire parler du film», dit Brian O'Shea, PDG de The Exchange, une boîte qui se spécialise dans la distribution de films hollywoodiens à l'étranger. La tendance s'accentuera avec les nouvelles plateformes comme Netflix et iTunes, ce qui rend la fenêtre de diffusion des chaînes comme Super Écran encore plus réduite. «Les studios vont être plus flexibles sur la date de sortie du DVD, a dit l'homme d'affaires techno Mark Cuban, lors de la conférence Produced By à Los Angeles en juin dernier. Ils vont suivre l'argent. Une des raisons expliquant le succès de Netflix auprès des producteurs et des studios, c'est que Netflix paie à l'acquisition, pas à la diffusion. Ça réduit le risque du producteur.»

La durée de vie d'un film

1 mois-3 mois

Salles de cinéma

3 mois-6 mois

Vidéo sur demande

4e mois

DVD, Blu-Ray, iTunes

5e mois - 1 an

Netflix

1 an

Télé payante (Super Écran)

2 ans et demi et plus

Télé traditionnelle (TVA, Radio-Canada)

Source: Elevado Media

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer