25 façons de réduire sa facture de télécom

L'évolution technologique fait dépenser les consommateurs. Aujourd'hui, les... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Photo Alain Roberge, La Presse

L'évolution technologique fait dépenser les consommateurs. Aujourd'hui, les trois quarts des adultes ont un sans-fil. Et quatre familles sur cinq ont accès à Internet. Tout cela coûte cher. Mais la technologie peut aussi faire économiser les consommateurs qui sont prêts à magasiner hors des sentiers battus. Dans la deuxième partie de ce dossier, La Presse Affaires vous présente 25 astuces pour réduire vos factures de télécom au maximum.

1. Magasinez!

Si vous jetez à peine un coup d'oeil à vos factures de télécom, vous payez probablement trop cher sans vous en rendre compte. Les fournisseurs haussent leur prix en douce. Vos besoins changent, ce qui provoque des surcharges. Magasinez! Appelez votre fournisseur. «Beaucoup de consommateurs nous disent avoir obtenu des rabais importants du seul fait d'avoir menacé de partir», rapporte Charles Tanguay, de l'Union des consommateurs.

2. Bye bye TéléRéponse

La TéléRéponse de Bell, un service non réglementé, coûte 10,95$ par mois, soit plus de 130$ par année. Ça fait cher le message! Un appareil à la maison peut faire le même boulot pour une fraction du prix. Rien à voir avec les répondeurs à cassettes d'antan: «Ce sont des enregistreurs numériques d'utilisation simple qui permettent de prendre les messages à distance», dit Thierry Lopez, de Future Shop. On peut acheter un répondeur pour 20$ ou un ensemble de 4 téléphones sans-fil avec répondeur inclus pour 70$.

3. C'est Magic!

Une ligne téléphonie coûte facilement 50$ par mois, soit 600$ par année. Mais il est possible de l'annuler grâce à Magic Jack, un appareil qui coûte 50$. «C'est une petite boîte avec une clé USB. On branche un côté dans le téléphone, et l'autre dans l'ordinateur», explique M. Lopez.

Le service coûte 20$ par année. Pour ce prix modique, on conserve son numéro de téléphone, tous les appels sont gratuits, y compris les interurbains au Canada et aux États-Unis. En prime : répondeur, transfert d'appel, afficheur, conférence à trois... un chausson avec ça ?

À noter : Ooma et NetTalk sont des produits équivalents. Mais attention, le service 911 est parfois très différent de celui auquel les gens sont habitués. Informez-vous pour ne pas rester surpris dans une situation d'urgence. Autre bémol : à l'extérieur des grands centres, les appels locaux peuvent entrainer des frais d'interurbains pour ceux qui vous téléphonent.

4. Coupez le cordon

Pourquoi ne pas couper le fil du téléphone? De plus en plus de ménages abandonnent leur ligne terrestre. En 2010, 13% des ménages se débrouillaient uniquement avec un téléphone sans fil, versus 8% en 2008, selon Statistique Canada. La proportion est beaucoup forte chez les 18 à 34 ans et chez les locataires. «Si on annule sa ligne à la maison, il faut avoir le plan de cellulaire qui nous convient pour les données et les interurbains, sinon la consommation peut entraîner beaucoup de frais», prévient M. Lopez.

5. Interurbains à la carte

Il existe une panoplie de fournisseurs d'interurbains bon marché, comme Yak par exemple. D'accord, il est moins agréable de composer un numéro avant de signaler le numéro de la personne qu'on appelle. Mais une fois qu'on a enregistré ce fameux numéro dans son cellulaire, plus besoin de le retenir par coeur. Si vous avez un forfait de communication illimitées le soir et la fin de semaine, non seulement l'interurbain vous coûtera des poussières, mais le temps d'antenne sera gratuit. Pas bête le Yak!

6. Révolution Skype

Pour réduire votre facture d'interurbains à néant, il n'y a rien de tel que Skype qui permet de téléphoner à partir d'internet. Les appels entre utilisateurs de Skype sont toujours gratuits. Sinon, on peut appeler n'importe qui à travers le monde pour aussi peu que 14$ par mois. Les utilisateurs occasionnels peuvent acheter des minutes prépayées, à prix très avantageux. Pas envie de jaser devant votre ordinateur? Procurez-vous un casque d'écoute main libre Bluetooth ou un combiné téléphonique conçus pour Skype en vente sur le web, suggère Alain McKenna, auteur du livre Arrêtez de payer!

7. Méfiez-vous des surcharges

Les surcharges peuvent gonfler la facture de votre connexion internet. Avec les grands fournisseurs, les giga-octets coûtent très cher si vous dépassez la limite de téléchargement de votre forfait. Par exemple, Vidéotron demande 7,95$ par Go. Il est beaucoup plus avantageux d'acheter un bloc de Go supplémentaire. Vidéotron demande 5$ pour un bloc de 20 Go et 12,50$ pour un bloc de 60 Go. À ce compte, le Go coûte à peine 21 cents!

8 . Small is Beautiful

Mais pourquoi ne pas migrer vers un petit fournisseur internet? «Plusieurs n'ont aucune limite de téléchargement, ce qui vous libère de l'angoisse de surveiller votre consommation. Et certains demandent beaucoup moins cher que les grandes compagnies», dit M. Tanguay. Des noms? Electronicbox, TekSavvy, Gemstelecom...

9. Devenez une borne Wi-Fi

Vous pouvez aussi annuler votre connexion Internet (une économie mensuelle de 30 à 60$) et utiliser votre téléphone intelligent ou votre tablette numérique 3G comme borne WiFi, en activant la fonction de partage de réseau, suggère M. Lopez. La borne WiFi permet ensuite de connecter tous les autres appareils de la maison à internet. Un choix avantageux pour des gens qui ne veulent pas payer deux connexions Internet, à la maison et au chalet. Il suffit de transporter l'appareil mobile. Encore-là, il faut un bon plan de données sur votre téléphone.

10. Attention au plafond

Sur les cellulaire, la consommation excédentaire peut coûter très cher. Pour éviter de défoncer le plafond de votre forfait, M. Tanguay suggère de s'inscrire à un service d'alerte. Chez Vidéotron, par exemple, les clients peuvent recevoir un avis par courriel ou par texto lorsque la limite de leur capacité de téléchargement est presque atteinte. Autre conseil: fermer les applications qui consomment beaucoup de bande passante, même lorsqu'on ne les utilisent pas.

11. WiFi gratuit

Pour accédez gratuitement à internet, de votre téléphone ou votre tablette, squattez le WiFi lorsqu'il est gratuit. À Montréal, Île sans fil offre du WiFi gratuit à partir de 260 points d'accès. Zap, un autre organisme sans but lucratif, veut étendre le WiFi gratuit à travers le Québec. Une application permet de localiser le point WiFi le plus près. Mais gare à la fraude! Les points d'accès WiFi gratuits «ne sont pas indiqués pour effectuer vos opérations bancaires ou vos achats en ligne, car habituellement ils offrent peu de sécurité», prévient l'Agence de la consommation en matière financière du Canada.

12. Faites le plein

Les utilisateurs occasionnels de cellulaires peuvent acheter des cartes prépayées au lieu de payer chaque mois pour un forfait qu'ils utilisent seulement pour les urgences. Les consommateurs peuvent même faire le plein de temps d'antenne... chez Pétro-Canada. Il en coûte 100$ pour 440 minutes, valables pour un an, ce qui équivaut à 0,23$ la minute. Pas de contrat, pas de frais mensuels. Messagerie vocale, afficheur, textos entrants gratuits... et des Pétro-points en prime!

13. S'envoler sans se faire voler

Un voyage à l'horizon? N'oubliez pas d'acheter un forfait international, pour limiter les frais d'itinérance, particulièrement exorbitants avec les iPhones à cause de la consommation de la navigation sur internet qui fait exploser les factures. Avec un forfait, les données vous coûteront 0,75$ à 3$ le méga-octet, par rapport à 6$ sans forfait. Pour 100$, vous pouvez acheter un forfait qui vous permettra de parler 50 minutes, de consommer 50 Mo et d'envoyer 150 messages texte. La même consommation coûterait 485$ sans forfait. Attention: à l'extérieur, le temps s'écoule plus vite, car les fournisseurs facturent à la minute, plutôt qu'à la seconde.

14. Mode avion

Avant de partir à l'étranger, passez en mode avion pour couper toute communication ou désactiver la fonction de communication 3G et la fonction de réception de données de votre téléphone mobile. Dans la mesure du possible, communiquez par WiFi. Sinon, surveillez votre consommation en réinitialisant vos compteurs lorsque vous traversez la frontière. Comprimez vos données avec l'application Onavo qui permet de réduire considérablement les frais. Et surtout, méfiez-vous des applications gourmandes qui dévorent une tonne de données. Utiliser le GPS sur un iPhone au Japon peut coûter 4000$!

15. Skype to go

Pour communiquer l'étranger, utiliser le WiFi, souvent disponible gratuitement à l'hôtel, dans les cafés, à l'aéroport. Installez l'application Skype to go sur votre tablette numérique et vous pourrez jaser à volonté, ou presque, en achetant un forfait d'interurbain bon marché. Autre option: FaceTime, le service de vidéoconférence d'Apple.

16. Téléphones déverrouillés

Faites déverrouiller votre téléphone mobile afin de l'utiliser à l'étranger avec un fournisseur local. Au Canada, les fournisseurs exigent 50 à 75$ pour le déverrouillage. De petites entreprises le font pour beaucoup moins sur internet, mais cela peut faire tomber la garantie du téléphone. Aussi, il est possible d'acheter un téléphone déverrouillé dans des magasins d'électroniques (140$ pour un BlackBerry remis à neuf).

Une fois à l'étranger, vous achetez une carte SIM, vous la glissez dans votre téléphone, et vous avez l'équivalent d'un téléphone local. À l'étranger, les cartes SIM sont peu coûteuses: 9 euros pour une carte SIM avec internet illimité pour un mois. Qui dit mieux?

17. WhatsApp?

Une application qui promet de révolutionner le monde des SMS, comme Skype a révolutionné celui des interurbains. Lancé en 2009 par deux anciens de Yahoo, WhatsApp est une messagerie qui permet aux utilisateurs de téléphones intelligents (iPhone, BlackBerry, Android, Windows Phone et Nokia) de s'envoyer des textos gratuitement. Particulièrement utile si vous envoyez des messages accompagnés de fichiers assez lourds... comme toutes vos photos de voyage quand vous êtes à l'étranger. À 0,99$, pourquoi s'en passer?

18. Les oreilles de lapin du 21e siècle

L'an dernier, les grandes chaînes de télévision gratuites sont passées du signal analogique à numérique, dans la plupart des grandes villes. Fini les oreilles de lapin et l'écran plein de neige! L'image numérique est claire et nette, dans les régions où le signal entre. Il suffit d'acheter un syntoniseur numérique (environ 50$, mais la plupart des télés récentes en ont un intégré) pour capter Radio-Canada, TVA, V, etc. En vous procurant une bonne antenne (50 à 100$), vous capterez aussi les chaînes américaines, dit Alain McKenna. Tout ça sans câble ni satellite. Et surtout, sans abonnement. Une économie mensuelle de près de 35$. En 2011, plus d'un million de «cord-cutters» ont largué leur abonnement au câble, aux États-Unis.

19. La télévision intelligente

Peur de vous ennuyer des chaînes spécialisées? «Sur internet, on retrouve beaucoup de contenu audio-visuel qui permet de compléter son menu télévisuel», dit M. Tanguay. Et vous n'êtes pas obligés d'écouter la télé sur votre ordi. Désormais, les télévisions intelligentes permettent de télécharger des émissions ou des films à partir d'internet. Et même de naviguer sur internet, tout en écoutant la télé! Ces nouveaux joujoux coûtent environ 100$ de plus qu'une télé normale, soit 650$ pour une télévision intelligente de 50 pouces HD (1080p), dit M. Lopez.

20. Apple TV ou Boxee Box

Ceux qui ne veulent pas remplacer leur télé peuvent opter pour Apple TV ou Boxee Box, deux appareils qui font le lien entre internet et les télévisions «non intelligentes». Apple TV coûte 109$ mais les utilisateurs sont limités aux contenus déterminés par Apple, note Alain McKenna. La Boxee Box coûte 190$ avec la télécommande.

21. Du contenu à la carte

La fusion entre la télé et Internet est un phénomène en émergence: 8% des Canadiens ont un accès Internet sur leur télé, 12% visionnent des émissions produites pour le web, 3% écoutent des films sur une tablette et un autre 3% sont équipés d'un Boxee ou Apple TV, selon le CRTC.

Où acheter du contenu? Netflix est disponible au Canada depuis 2010, mais le contenu est limité. La boutique virtuelle iTunes a un catalogue de films très complet. Le site de l'Office national du film (ONF.ca), Tou.tv... Mais la vidéo en continu est gourmande. Avec un forfait Internet de 20 Go par mois, vous dépasserez votre limite après 106 heures sur YouTube, 72 heures sur Netflix ou encore 36 heures sur Tou.tv, selon le CRTC (non-cumulatif).

22. Secret bien gardé

Les réseaux privés virtuels (VPN en anglais) sont le secret le mieux gardé de tout le World wide web, selon M. McKenna. De façon tout à fait légale, ils permettent aux Canadiens d'accéder à des sites internet étrangers qui font du «géoblocage» pour empêcher les Canadiens d'accéder à leur contenu. C'est le cas de Hulu, Netflix et Crackle dont le contenu est beaucoup plus riche aux États-Unis. Certains réseaux privés sont gratuits (ex: Hotspot Shield), mais leur vitesse est parfois réduite. D'autres sont plus efficaces, mais exigent 5 à 20$ par mois (ex: StrongVPN).

23. Groupez vos services

Pour les clients qui préfèrent continuer de faire affaires avec les grands fournisseurs de télécom, il est plus avantageux d'opter pour un bouquet de services auprès du même fournisseur que de magasiner à la carte (voir notre article publié vendredi). Les fournisseurs offrent des rabais d'environ 15% aux clients qui prennent trois services chez eux (télévision, téléphonie résidentielle, Internet).

24. Gare aux frais cachés!

Il y a moins de frais cachés depuis l'entrée en vigueur en 2010 de la réforme de la Loi sur la protection du consommateur. Méfiez-vous quand même des frais de résiliation qui peuvent s'appliquer si vous avez reçu cadeau à la signature du contrat (ex: cellulaire gratuit) ou si vous avez signer votre contrat il y a plus de deux ans. Avant de changer de fournisseur, informez-vous sur les frais d'installation des nouveaux services qui s'élèvent facilement à 60$.

25. Payez vos comptes à temps

Dernier conseil. Les taux d'intérêts des fournisseurs de télécom sont encore plus élevés que le taux de votre carte de crédit. Chez Bell, par exemple, les mauvais payeurs doivent verser 3% d'intérêts par mois, soit 42,58% par année. De quoi effacer toutes vos économies!

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer