Jean-Pierre Blais est nommé à la tête du CRTC

Jean-Pierre Blais sera le nouveau président du Conseil de la  radiodiffusion et... (Photo Archives Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Archives Presse Canadienne

La Presse Canadienne

Jean-Pierre Blais sera le nouveau président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), a fait savoir le premier ministre Stephen Harper par voie de communiqué, vendredi Sa nomination entrera en vigueur le 18 juin. Le poste était assuré de façon intérimaire par Leonard Katz depuis janvier, à la suite du départ de Konrad von Finckenstein qui avait terminé son mandat de cinq ans.

Le premier ministre a indiqué que Jean-Pierre Blais, un avocat de formation, qui a été directeur exécutif de la radiodiffusion au CRTC, avait toutes les compétences requises pour occuper le poste de président. «Il possède une solide expérience juridique et une excellente connaissance des secteurs de la radiodiffusion et des télécommunications ainsi que du rôle du CRTC, ayant occupé des postes de haut niveau au Secrétariat du Conseil du Trésor, au ministère du Patrimoine canadien et au CRTC, a déclaré le premier ministre. Je lui souhaite bonne chance pour relever les défis qui l'attendent dans ses nouvelles fonctions.»

M. Blais, qui réside à Gatineau, a occupé des postes de haut niveau au Secrétariat du Conseil du Trésor et au ministère du Patrimoine canadien.

Le CRTC a le pouvoir de réglementer et de surveiller tous les aspects des systèmes de la radiodiffusion et des télécommunications au Canada. Il est responsable devant le Parlement par l'intermédiaire du ministre du Patrimoine canadien.

À titre de président du CRTC, M. Blais supervisera et dirigera les travaux et le personnel et présidera les réunions du conseil. Comme ses prédécesseurs, M. Blais est nommé pour un mandat de cinq ans.

Le nouveau président est titulaire d'un baccalauréat en droit civil et d'un baccalauréat en common law de l'Université McGill ainsi que d'une maîtrise en droit portant sur les droits d'auteur, le commerce international et les politiques en matière de cinéma et de télévision de l'Université de Melbourne en Australie. Il est membre du Barreau du Québec ainsi que du Barreau du Haut-Canada.

Avant sa nomination à la présidence du CRTC, M. Blais a été secrétaire adjoint, secteur des opérations gouvernementales, au Secrétariat du Conseil du Trésor. Auparavant, il a été sous-ministre adjoint aux Affaires culturelles et puis aux Affaires internationales et intergouvernementales au ministère du Patrimoine canadien.

Il sera confronté au défi des changements rapides en termes de technologie et de l'explosion des communications en ligne. Le CRTC n'intervient pas pour l'instant en ce qui a trait à Internet.

Lorsqu'il a quitté son poste en janvier, l'ex-président Konrad von Finckenstein avait fait valoir que l'arrivée d'Internet exigeait une nouvelle forme de réglementation. «Cela a changé complètement notre définition traditionnelle de la radiodiffusion et des communications. C'est devenu essentiellement la même chose.»

M. Von Finckenstein avait suggéré que les deux secteurs soient réunis, qu'on y ajoute celui de la téléphonie sans fil, une entité qui relève présentement d'Industrie Canada. «Il est temps de revoir la loi, avait-il déclaré, elle date de plus de 20 ans. Nous voulons un système qui réponde efficacement aux besoins des Canadiens.»

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer