La Banque du Canada maintient son taux inchangé

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada... (PHOTO Justin Tang, Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada

PHOTO Justin Tang, Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) La Banque du Canada maintient son taux directeur à 1% et a averti mercredi matin qu'elle fera preuve de «circonspection» avant toute future hausse.

Après des années de détente monétaire, la Banque avait déjà promulgué deux augmentations de 0,25% depuis juillet, qui ont eu un effet immédiat sur plusieurs types d'emprunts. Peu d'analystes s'attendaient à un nouveau tour de vis aujourd'hui.

Pour l'heure, le conseil de direction de la Banque estime  «approprié» de maintenir le statu quo en raison d'une série de «risques» et «d'incertitudes» qui planent sur l'économie. L'institution cite entre autres la renégociation orageuse de l'ALENA et le taux d'endettement élevé des ménages canadiens.

«Même si un degré de détente monétaire sera probablement nécessaire avec le temps, le conseil fera preuve de circonspection au moment de procéder à de futurs ajustements du taux directeur», avertit la Banque dans un communiqué.

La prochaine augmentation pourrait être décrétée le 6 décembre prochain ou le 17 janvier prochain. La Banque refuse toutefois de s'avancer sur quelque scénario que ce soit, précisant que des changements pourraient survenir dans l'économie d'ici là.

Économie en feu

Faisant écho aux propos tenus la veille par le ministre des Finances Bill Morneau, la Banque a souligné mercredi dans son rapport que la croissance économique s'est avérée «plus robuste qu'escompté» au Canada pendant le deuxième trimestre.

L'économie du pays tourne aujourd'hui «presque à plein régime», tandis que le dollar canadien a regagné plusieurs plumes au cours des derniers mois. La Banque s'attend à ce que l'inflation remonte autour de 2% jusqu'à la fin de 2019 --exactement la cible visée par l'institution.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait atteindre 3,1% cette année, avant de diminuer à 2,1% l'an prochain et à 1,5% l'année suivante, prévoit aussi la Banque.

Trois changements «importants»

Trois changements «importants» sont survenus dans l'économie canadienne depuis juillet dernier, à savoir les deux hausses du taux directeur que la Banque a elle-même décrétée, l'appréciation du dollar canadien et la progression du prix des produits de base.

Le niveau plus élevé du taux directeur, qui se reflète déjà dans les coûts de certains types d'emprunts, risque de ralentir les dépenses des ménages, notamment dans le secteur immobilier, avertit la Banque dans son analyse.

«Les taux d'intérêt plus élevés sur le crédit à la consommation, les lignes de crédit garanties par l'avoir foncier et les prêts hypothécaires à taux variables ont des répercussions immédiates pour les emprunteurs, mais l'effet des hausses récentes de taux sur les détenteurs d'un prêt hypothécaire à taux fixe sera graduel», explique la Banque.

D'autres facteurs auront une «influence défavorable sur la demande de logements», comme le resserrement des conditions de prêts hypothécaires imposé par le gouvernement fédéral.

Protectionnisme

Si la tendance économique reste très favorable au Canada, un lourd voile d'incertitude plane tout de même. «L'éventualité d'une montée du protectionnisme à l'échelle internationale est la plus importante source d'incertitude en ce qui concerne les perspectives.»

Parmi les principaux risques, la Banque souligne l'imposition récente de mesures discrétionnaires «ciblées» par l'administration de Donald Trump, comme celles touchant les avions de la C Series de Bombardier. Elle mentionne aussi l'incertitude qui entoure la renégociation actuelle de l'Accord de libre-échange nord-américain.

Ce contexte protectionniste pourrait affecter les exportations canadiennes, et par ricochet l'économie entière du pays. La Banque du Canada a toutefois choisi de ne pas quantifier complètement les répercussions de telles mesures pour l'instant, puisque de nombreux détails sont inconnus.

La Banque continue de tableau sur une expansion de l'économie mondiale, autour de 3,5% d'ici 2019. L'évolution géopolitique récente continue toutefois de laisser planer une «incertitude substantielle».

En plus du maintien à 1% du taux cible de financement à un jour, la Banque du Canada a confirmé mercredi que le taux officiel d'escompte demeure 1,25% et le taux de rémunération des dépôts, à 0,75%.

TAUX DIRECTEUR



publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer