Recul plus fort que prévu des mises en chantier aux É.-U.

Les mises en chantier de logements aux États-Unis se... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les mises en chantier de logements aux États-Unis se sont écroulées pour atteindre un plus bas historique au printemps 2009 lors de la récession provoquée par la crise immobilière.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les mises en chantier de logements aux États-Unis ont reculé plus fortement que prévu en mars pour atteindre leur plus bas niveau en quatre mois, selon les données du département du Commerce publiées mardi.

Elles se sont élevées à 1,215 million en rythme annuel et en données corrigées des variations saisonnières, en baisse de 6,8%, leur plus bas niveau depuis novembre 2016.

Les analystes s'attendaient à 1,256 million départs de nouveaux chantiers après 1,303 million en février (chiffre révisé en hausse).

Sur un an, les mises en chantier ont grimpé de 9,2%.

La baisse du mois dernier est à attribuer à la fois au recul des chantiers de maisons individuelles (-6,2%) et à celui des logements collectifs (-6,1%).

Au niveau régional, toutes les régions étaient en baisse sauf le nord-est.

Donnant une idée des perspectives du marché de la construction, les demandes de permis de construire ont augmenté de 3,6%, à 1,260 million et de 17% sur un an.

Les mises en chantier de logements, qui sont un indicateur très volatil sujet à de fortes révisions, ont atteint un record historique en janvier 1972, à près de 2,5 millions, et en janvier 2006, pour les maisons individuelles, au pic de la bulle immobilière.

Elles se sont écroulées pour atteindre un plus bas historique au printemps 2009 lors de la récession provoquée par la crise immobilière.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer