Le déficit commercial se creuse en octobre aux É.-U.

«La croissance du commerce a été stagnante ces... (Photo archives PC)

Agrandir

«La croissance du commerce a été stagnante ces deux dernières années. En regardant en avant, si les prévisions sur le PIB se révèlent exactes, nous attendons un large renversement de tendance, elle sera toutefois modeste en 2014, et une consolidation de cette croissance en 2015», a indiqué le directeur de l'OMC, Roberto Azevedo.

Photo archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le déficit commercial des États-Unis s'est creusé en octobre sous l'effet notamment du plus fort recul des exportations depuis quatre ans, selon des chiffres publiés mardi à Washington par le département du Commerce.

Le solde de la balance commerciale, qui résulte des échanges de biens et services entre les États-Unis et le reste du monde, s'est établi à -42,2 milliards de dollars pour le mois d'octobre, en données corrigées des variations saisonnières, soit une dégradation de 4,9% par rapport à septembre.

Les analystes s'attendaient à une aggravation légèrement plus marquée et tablaient sur 42,8 milliards de déficit.

Pour octobre, cette aggravation tient principalement au recul des exportations qui ont cédé 3,6%, à 180,5 milliards de dollars, alors qu'elles avaient rebondi le mois précédent et permis au déficit de se réduire (-40,3 milliards, révisé en hausse).

Il s'agit en pourcentage de la plus forte baisse depuis celle enregistrée entre décembre 2008 et janvier 2009, précise le Ministère, qui ajoute que la chute est particulièrement forte pour les biens (-4,8%).

Les importations ont elles aussi cédé du terrain en octobre mais à un rythme moins rapide que les exportations. Elles ont reculé de 2,1% pour s'établir à 222,8 milliards de dollars.

«Les exportations et les importations ont toutes deux reculé et l'aggravation du déficit est seulement imputable à une différence d'ampleur entre ces deux baisses», note Inna Mufteeva, analyste de la banque Natixis, qui y voit le signe supplémentaire d'un «reflux» de l'activité depuis la fin du troisième trimestre.

«La faiblesse des exportations et des importations résume tout ce qu'il y a à dire sur le dynamisme économique américain», ironise Sal Guatieri, de BMO Marchés des capitaux.

Cumulé sur les dix premiers mois de l'année, le déficit commercial s'est très légèrement résorbé, de 1,4% en glissement annuel, et s'élevait fin octobre à 452,5 milliards de dollars.

Le déficit des échanges avec la Chine a atteint en octobre un nouveau sommet à 29,5 milliards de dollars même si les exportations américaines vers Pékin ont elles aussi touché un record, à 10,8 milliards, selon des données non corrigées des variations saisonnières.

Le déficit s'est également considérablement creusé (+22,6%) avec l'Union européenne pour s'établir à 11,7 milliards.

Au rayon des bonnes nouvelles, les États-Unis ont enregistré un excédent sans précédent avec l'Amérique centrale et du Sud (2,6 milliards) et plus précisément avec le Brésil (1,8 milliard).

Le commerce extérieur n'apportera qu'une «maigre contribution» à la croissance américaine au quatrième trimestre, prédit Peter Newland, économiste de la banque Barclays.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer