Les ventes des manufacturiers plafonnent

Sur le même thème

Rudy Le Cours
La Presse

(Montréal) La légère hausse de 0,4% de la valeur et des volumes des ventes des manufacturiers, en septembre, ne doivent pas faire illusion: elles plafonnent depuis l'été à cause de l'affaiblissement de la croissance mondiale.

Leur valeur avait augmenté de 0,9% en août, mais reculé de 0,5% en juillet, selon les données révisées de Statistique Canada publiées jeudi.

Exprimées en volumes, les ventes avaient augmenté de 1,6% en août, mais reculé de 1,2% en juillet.

Contribution bien mince

Pour l'ensemble du trimestre, la contribution du secteur manufacturier sera bien mince à la croissance réelle: moins de 2% en rythme annuel comparativement à plus de 10% au printemps.

«Le ralentissement des ventes manufacturières au deuxième semestre n'est pas étonnant devant l'atonie économique mondiale», signale Krishen Rangasamy, économiste à la Banque Nationale.

Comme pour donner du poids à ce commentaire, l'agence Eurostat a aussi annoncé hier que la zone euro avait rechuté en récession durant l'été avec une décroissance de 0,1% qui faisait suite à un repli de 0,2% au printemps et à une stagnation durant l'hiver. L'Allemagne et la France échappent encore à la décroissance qui touche aussi des économies du nord comme celle des Pays-Bas.

Bond dans l'aérospatiale

Chez nous en septembre, seulement 8 des 21 segments du secteur manufacturier ont connu des hausses, dont la très imprévisible industrie aérospatiale, dont la valeur des ventes a bondi de 43%. «Si on exclut ce segment, les ventes ont diminué de 0,7%», estime Leslie Preston, économiste chez TD.

C'est ce qui aura permis au Québec et au Manitoba de connaître des hausses mensuelles de 4,2% et de 3,7%. L'Alberta est la seule autre province à avoir enregistré une hausse, à la faveur d'une relance des produits pétroliers et du charbon.

Des hausses ont aussi été enregistrées dans les produits minéraux non métalliques et dans la première transformation des métaux.

L'Ontario a de son côté pâti du repli des ventes de produits de l'automobile. Depuis le début de l'année cependant, les ventes de ce segment sont les plus élevées depuis 2007. Voilà qui explique que la valeur des ventes des fabricants ontariens dépasse de 4,9% celle de septembre 2011.

Repli au Québec

Le Québec n'a pas autant de veine, avec un repli annuel de 1%, ce qui est nettement moins bien que l'augmentation moyenne de 1,8% observée d'un océan à l'autre.

«Le taux de croissance annuel est négatif pour le troisième mois d'affilée, signale Audrey Azoulay, directrice, affaires publiques et relations gouvernementales, chez les Manufacturiers et exportateurs du Québec. Le manufacturier québécois a toujours du ressort, mais sa relative robustesse commence à s'apparenter à une stagnation qui laisse, pour les prochains mois, les perspectives plutôt incertaines.»

Consolation

Mince consolation, les nouvelles commandes ont crû de 2,2% (2% si on les exprime en volume), en grande partie à cause de celles dans le segment aérospatial.

En août, elles avaient augmenté de 0,2% seulement, après avoir chuté de 4,5% en juillet.

Cet automne, quelques segments profitent sans doute des efforts de réparation des dégâts de l'ouragan Sandy. Pour les autres, l'environnement d'affaires reste difficile.

 

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer