Négociations de l'ALENA: l'impasse persiste dans les dossiers les plus litigieux

Cette «ronde Mexico» s'est conclue dans un climat... (PHOTO Lars Hagberg, archives AFP)

Agrandir

Cette «ronde Mexico» s'est conclue dans un climat d'incertitudes.

PHOTO Lars Hagberg, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
MEXICO

La cinquième ronde de négociations pour renouveler l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) s'est achevée mardi à Mexico sur des impasses persistantes dans les dossiers les plus litigieux.

Selon des sources, les négociateurs ont réalisé certains progrès dans des dossiers plus techniques, et ils auraient même pratiquement conclu des ententes sur des sujets moins litigieux, comme le commerce en ligne, les mesures sanitaires, les télécommunications ou l'application des mesures douanières.

On ne signale par contre aucun progrès véritable dans les secteurs de l'automobile, des produits laitiers, du mécanisme de règlement des différends et de la «clause crépusculaire» maintenant souhaitée par Washington.

«Les États-Unis ont déposé dans certains dossiers des propositions plus extrêmes, sur lesquelles nous ne pouvons tout simplement pas nous entendre», a confirmé à Ottawa la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui est aussi responsable du commerce avec les États-Unis. «Dans certains de ces dossiers, nous avons demandé des éclaircissements sur les propositions. Nous croyons à l'approche factuelle: "êtes-vous d'accord, oui ou non, avec nos données?"» Plusieurs sources dans le pays hôte indiquent que le Mexique a maintenu le front commun avec le Canada dans la plupart des dossiers litigieux pendant cette semaine de négociations. Les deux pays se sont surtout efforcés de démontrer que les exigences américaines nuiraient aux trois partenaires.

Cette approche aurait eu l'heur de déplaire aux Américains, qui préféreraient discuter de contre-propositions plutôt que de se faire décrire de sombres lendemains.

Mais les négociateurs mexicains démentent catégoriquement toute connivence organisée avec les Canadiens pour contrer l'offensive américaine. Les deux pays ont toutefois des intérêts communs dans plusieurs dossiers, précise un responsable mexicain qui a requis l'anonymat.

«Buy American»

Les négociateurs mexicains ont semble-t-il joué dur, lors de cette ronde, sur le protectionnisme américain, en soutenant que si Washington veut réserver les approvisionnements publics aux seules entreprises américaines, la réciprocité mexicaine ferait encore plus mal aux États-Unis, parce que la balance commerciale à ce chapitre les favorise.

Cette «ronde Mexico» se conclut par ailleurs dans un climat d'incertitudes: la menace toujours présente d'un retrait unilatéral américain, brandie par le président Donald Trump, et la suite des choses si un accord n'est pas conclu avant la nouvelle échéance de mars 2018.

Par contre, les sources mexicaines s'entendent toutes sur une chose: si le président Trump amorce le mécanisme de retrait afin de donner aux négociateurs américains un levier à la table, le Mexique refusera de discuter un revolver sur la tempe, et préférera laisser les États-Unis quitter le traité commercial vieux de 23 ans plutôt que d'avoir l'air de céder sous la menace.

«Vous voyez la porte? On n'aurait qu'à envoyer quelques décrets au Sénat pour affirmer que les biens et les personnes en provenance des États-Unis ne bénéficieront plus à compter de maintenant des dispositions de l'ALENA», a lancé avec défiance un autre responsable mexicain, en montrant du doigt la porte au fond de la pièce.

Le Mexique accélérerait alors les négociations de libre-échange avec le Brésil et l'Argentine, et accroîtrait le commerce avec le Canada dans les secteurs de la viande, du blé et de l'énergie - des marchés occupés en partie actuellement par les Américains.

Le Canada n'a pas adopté un ton aussi ferme, et les politiciens des trois pays ont tenté de ne pas envenimer le débat en public. Les prochaines rondes de négociations auront lieu à Washington en décembre, puis à Montréal à la fin de janvier. Et contrairement aux rondes de Mexico et de Washington, les ministres responsables des trois pays devraient être de retour à la table à Montréal. Ils élaboreront alors la feuille de route pour les rondes de février et de mars, et ce qui pourrait arriver en cas d'impasse après cet échéancier.

Les Mexicains se disent prêts à poursuivre les négociations après mars, même si des élections législatives et présidentielle sont prévues au Mexique en juillet. Les Américains seront aussi appelés aux urnes en novembre pour des élections de mi-mandat.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer