Qatar Airways dénonce l'«intimidation» des pays voisins

Tout en affirmant que le Qatar pourrait résister... (REUTERS)

Agrandir

Tout en affirmant que le Qatar pourrait résister à l'impact du «blocus» qui lui est imposé, le patron de Qatar Airways Akbar Al-Baker a déclaré que les bénéfices de sa compagnie s'en ressentiront «parce que nous avons des coûts supplémentaires pour opérer à l'intérieur et à l'extérieur du pays».

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Doha

Le patron de Qatar Airways Akbar Al-Baker a accusé jeudi les pays voisins d'«intimider» l'émirat gazier en l'isolant sous l'accusation de soutien au «terrorisme», mais a admis que le bilan de sa compagnie devrait être affecté par la crise régionale.

Tout en affirmant que le Qatar pourrait résister à l'impact du «blocus» qui lui est imposé, M. Baker a déclaré que les bénéfices de sa compagnie s'en ressentiront «parce que nous avons des coûts supplémentaires pour opérer à l'intérieur et à l'extérieur du pays».

Il s'est toutefois refusé à avancer des estimations chiffrées pour l'impact de la crise sur Qatar Airways, qui avait annoncé en juin un bénéfice de 540 millions de dollars pour l'année fiscale qui s'est terminée fin mars 2017, en hausse de 22% par rapport à l'exercice précédent.

Mais la compagnie a été touchée par la décision de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de Bahreïn de fermer leur espace aérien au Qatar depuis qu'ils ont rompu le 5 juin, en même temps que l'Égypte, avec Doha en l'accusant de soutenir les groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien.

L'émirat a démenti les accusations. Mais il a en résulté pour Qatar Airways un manque à gagner sur les marchés saoudien et émirati et un surcoût pour ses plans de vol.

M. Baker a affirmé que le Qatar pourrait «résister» à la crise «le temps qu'elle durera».

«Nous voulons que nos voisins sachent que ce genre d'intimidation ne fonctionne pas, car le peuple du Qatar est très fort. Nous n'avons aucun problème à avoir une vie normale», a-t-il souligné.

«C'est une perte pour eux, pas pour nous», a-t-il encore dit lors d'une cérémonie organisée à Doha pour témoigner du soutien du personnel de Qatar Airways à l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dans son bras de fer avec ses adversaires arabes.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer