La fermeté de la Banque populaire de Chine rassure

Les bureaux de la Banque populaire de Chine à... (Photo Reuters)

Agrandir

Les bureaux de la Banque populaire de Chine à Pékin.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

Le yuan bondissait de plus de 1% face au dollar lundi, sa plus forte hausse journalière depuis 10 ans, après des propos fermes du gouverneur de la banque centrale chinoise (PBOC), affirmant que Pékin continuerait de défendre le cours de la devise.

Le cours de la monnaie chinoise s'établissait à 6,4940 yuans pour un dollar américain lundi vers 11H30 GMT, en hausse d'environ 1,20% par rapport au 5 février, la dernière séance avant la semaine de vacances du Nouvel An lunaire.

C'est la plus forte progression jamais enregistrée par le yuan en une journée depuis 2005 et la fin de son arrimage au dollar, selon l'agence Bloomberg News.

Ce rebond du renminbi (ou «monnaie du peuple», l'autre nom du yuan) a été alimenté en grande partie par une interview du gouverneur de la PBOC Zhou Xiaochuan, publiée ce weekend par le magazine Caixin.

Sortant d'une très longue période de silence, M. Zhou a fustigé dans cet entretien les «spéculateurs» étrangers, accusés de tirer le yuan vers le bas, avant de critiquer vigoureusement «les vues à court terme, les comportements moutonniers» du marché.

«Il n'y a pas de fondement à une dépréciation continue» du yuan, a assuré M. Zhou.

Et surtout, il a rappelé que la Chine disposait encore de l'artillerie lourde: ses colossales réserves chinoises de devises étrangères, dans lesquelles Pékin puise abondamment ces derniers mois pour racheter massivement des yuans, afin d'enrayer le déclin rapide du cours du renminbi.

«La Chine dispose des réserves de changes les plus importantes au monde (...) Nous ne laisserons pas des forces spéculatives orienter l'humeur des marchés», a insisté M. Zhou.

Ces réserves de changes ont fondu de presque 100 milliards de dollars en janvier, pour tomber à 3200 milliards de dollars, au plus bas depuis mai 2012.

Rebond éphémère?

Autre signal susceptible d'avoir rassuré le marché: la PBOC a nettement relevé lundi matin le taux pivot autour duquel le yuan est autorisé à fluctuer, le fixant à 6,5118 yuans contre un dollar, soit un renforcement de 0,30% par rapport au 5 février.

La monnaie chinoise peut fluctuer face au dollar dans une fourchette de 2% autour du taux pivot déterminé quotidiennement par la banque centrale, qui doit cependant composer avec les tendances du marché et une forte pression à la baisse sur le yuan.

Ainsi, les inquiétudes sur le ralentissement de l'économie chinoise, les violentes turbulences des Bourses locales et l'interventionnisme tous azimuts du gouvernement ont poussé de nombreux investisseurs affolés à sortir leurs yuans hors de Chine, malgré les restrictions drastiques imposées par les autorités.

Des fuites de capitaux massives évaluées par certains experts à 1000 milliards de dollars pour l'an dernier et qui pèsent lourdement sur le cours du renminbi.

Tentant d'accompagner le mouvement pour mieux l'encadrer, la PBOC a abaissé son taux pivot durant huit séances consécutives début janvier, ce qui n'a fait qu'attiser les inquiétudes, laissant redouter une stratégie de dévaluation rampante.

Le yuan s'est déprécié d'environ 1,3% par rapport au dollar le mois dernier.

Pékin avait déjà ébranlé les marchés financiers mondiaux en août dernier en dévaluant brutalement le yuan de presque 5% en l'espace d'une semaine, une décision alors largement perçue comme une dévaluation compétitive, un coup de pouce aux exportateurs.

Mais les autorités chinoises s'en étaient défendues, assurant avoir simplement modifié leur mode de calcul pour mieux refléter les tendances du marché, mais sans vraiment convaincre.

Au total, le yuan a perdu 4,5% de sa valeur en 2015 face au dollar.

Pour autant, le rebond enregistré lundi pourrait s'avérer très éphémère.

«Les commentaires de M. Zhou écartent la tentation d'une dévaluation brutale du yuan (par Pékin), mais laissent de la marge pour de nouvelles étapes de dépréciation graduelle», en douceur mais inéluctables, ont estimé les analystes de Goldman Sachs.

UBS comme Société Générale estiment pour leur part que le renminbi pourrait finir l'année à 6,8 yuans pour un dollar.

«Mais la probabilité d'un yuan relativement stable durant les prochains mois est bien plus forte que celle d'une dépréciation en chute libre ou d'un violent ajustement en un coup», tempérait-on chez UBS.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer