La Croatie veut rejoindre l'euro «dès que possible»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le drapeau de l'Union Européenne et de la... (PHOTO ANDREJ ISAKOVIC, AFP)

Agrandir

PHOTO ANDREJ ISAKOVIC, AFP

Le drapeau de l'Union Européenne et de la Croatie, côte-à-côte.

Agence France-Presse
BERLIN

La Croatie espère rejoindre la zone euro «dès que possible», soit dans «quatre ou cinq ans», affirme le directeur de la Banque centrale croate, Boris Vujcic dans un entretien au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, samedi.

«Nous voulons rejoindre la zone euro aussi vite que possible» même s'«il est encore trop tôt pour dire quand cela arrivera», a déclaré M. Vujcic, alors que son pays entre dans l'Union européenne au 1er juillet.

«Pour le moment, nous ne respectons pas certains critères d'entrée, l'inflation et le déficit budgétaire sont trop élevés. Mais nous devons nous assurer de respecter les conditions, notamment que le niveau d'endettement passe durablement sous les 60% du PIB, ou au moins qu'il reste à ce niveau», a-t-il ajouté.

Interrogé sur d'éventuelles craintes à l'idée de rejoindre une zone euro, actuellement en crise, il a rappelé que «la question ne se pose pas pour le moment, puisque nous ne pourrons y entrer que dans quatre ou cinq ans».

«D'ici là, il faudra que la zone euro ait réglé ses difficultés, sinon nous aurons de gros problèmes. De ce point de vue, c'est presque un luxe d'être du dehors et de pouvoir observer» comment les choses vont évoluer, a-t-il poursuivi.

Il cite entre autres la nécessité d'une union bancaire et d'une convergence fiscale, ainsi que des réformes dans les pays ayant perdu en compétitivité et à l'endettement pas encore maîtrisé.

La Croatie deviendra le 1er juillet le 28e membre de l'Union européenne, au terme d'un processus qui a pris huit ans pour que Zagreb réponde aux critères des Européens, rendus plus exigeants depuis le début de la crise financière et à la lumière des difficultés rencontrées par les deux membres les plus récents, la Bulgarie et la Roumanie, entrées en 2007.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer