Les premiers pas de Bombardier à Casablanca

En attendant que sa nouvelle usine marocaine soit... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

En attendant que sa nouvelle usine marocaine soit construite, Bombardier s'est installé dans les anciens locaux d'une entreprise américaine d'électronique, situés à un jet de pierre de l'aéroport international de Casablanca.

Marie Tison, envoyée spéciale
La Presse

(Casablanca) Pour réduire ses coûts et étendre sa présence au-delà de l'Amérique du Nord et de l'Europe, Bombardier Aéronautique s'installe au Maroc, dans la région de Casablanca. L'entreprise n'a eu aucun mal à trouver des volontaires à Mirabel et à Belfast pour participer au démarrage de ses nouvelles installations de production et former une équipe marocaine. Genèse d'une décision, portrait d'une implantation.

En ce début de février, il n'y a encore aucun signe qui indique que le grand bâtiment de brique brune et de métal, à un jet de pierre de l'aéroport international de Casablanca, abrite les installations temporaires de Bombardier Aéronautique.

«Nous allons passer une commande pour une enseigne, lance avec enthousiasme Hugo Brouillard, directeur général du centre manufacturier de Bombardier Aéronautique au Maroc. Si ce n'est pas cet après-midi, ce sera lundi prochain.»

L'écho résonne dans le vaste hall d'entrée de l'édifice. Comme dans tous les bâtiments commerciaux et institutionnels au Maroc, une grande photo du roi Mohammed VI accueille les visiteurs.

Les bureaux administratifs sont silencieux. Sur les murs, des crochets attendent des tableaux représentant les appareils de Bombardier.

M. Brouillard pousse une grande porte bleue et nous pénétrons dans la section manufacturière du bâtiment. Déjà, on peut ressentir une certaine fébrilité. Dans un coin, de jeunes gens perfectionnent leurs techniques de réparation de matériaux composites. Plus loin, d'autres jeunes, dont une femme coiffée d'un voile, s'exercent à fixer des pièces de volet à des gabarits sous l'oeil attentif d'un homme d'âge mûr au teint irlandais.

Les 18 premiers employés marocains du centre manufacturier de Bombardier Aéronautique au Maroc, d'un âge moyen de 25 ans, vivent des heures excitantes. Ils ont passé la semaine à se familiariser avec leur nouvel environnement. Cet après-midi, ils recevront leur diplôme après plusieurs mois de formation à l'Institut des métiers de l'aérospatiale (IMA), à quelques centaines de mètres de la nouvelle usine de Bombardier. Et la semaine prochaine, ils se mettront au boulot. Dix expatriés, six de Belfast et quatre de Montréal, vont les aider pendant des mois pour réduire la courbe d'apprentissage.

«Ils ont tellement hâte de percer leur premier trou!», s'exclame M. Brouillard, visiblement tout aussi fébrile.

Bombardier Aéronautique investira 200 millions de dollars au cours des huit prochaines années pour accroître sa présence au Maroc. À terme, 850 employés assembleront ici divers composants.

Au début, le centre marocain assemblera des sous-ensembles pour les ailes du biréacteur régional CRJ, soit des bords d'attaque et des ailettes (des volets). Jusqu'à présent, l'usine Shorts de Bombardier à Belfast effectuait ce travail.

M. Brouillard assure que les employés de Belfast auront autre chose à se mettre sous la dent. Les Irlandais venus ici n'ont donc pas l'impression de former les employés qui prendront leur emploi.

«Ils savent déjà sur quel produit ils vont travailler», affirme le directeur général.

M. Brouillard a lui-même du pain sur la planche. Il doit mener deux activités en parallèle: lancer la production dans les installations temporaires et superviser la mise en place de l'usine permanente.

Un coup de chance

Il s'estime chanceux d'avoir mis la main sur les installations abandonnées d'une entreprise américaine d'électronique à l'Aéropôle, le parc industriel situé aux portes de l'aéroport de Casablanca. Tout répondait aux critères: la luminosité, la température contrôlée, le sol compacté. Bombardier n'a eu qu'à tracer des lignes jaunes sur le plancher pour délimiter les différentes zones de production et installer les tables, étagères et gabarits.

«Nous nous sommes branchés au système d'air comprimé existant, et voilà», commente M. Brouillard.

Les choses vont également bon train pour l'usine permanente.

«Les plans sont pratiquement complétés, lance le directeur général avec un large sourire. Il y aura un processus d'appel d'offres, nous voulons sélectionner le bon entrepreneur. Je vois ça comme lorsqu'on se fait construire une maison.»

Bombardier devrait s'installer dans sa nouvelle usine au premier trimestre de 2014. L'entreprise a choisi d'emménager dans la nouvelle zone franche consacrée à l'aéronautique, Midparc, située tout à côté de l'Aéropôle. L'entreprise pourra ainsi bénéficier de tarifs douaniers minimaux et d'une fiscalité avantageuse: aucun impôt sur le revenu des sociétés pendant les cinq premières années et un taux de 8,75% pour les 15 années suivantes.

M. Brouillard a commencé à nouer des relations avec les dirigeants des entreprises internationales déjà présentes au Maroc, ce qui permet notamment de parler de leur expérience d'implantation et de la chaîne d'approvisionnement locale. «Nous apprenons à nous connaître», indique-t-il.

--------------

NOUVELLES INSTALLATIONS DE BOMBARDIER AU MAROC

- Investissement de 200 millions US

- 850 employés d'ici 2020

- Production de commandes de vol

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer