Libre-échange Canada-Europe: Québec ouvre les livres

Jean-François Lisée... (Photo: Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo: Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Jean-François Lisée

(Québec) Le gouvernement Marois rencontrera demain les membres de la «société civile» et du patronat pour dévoiler certains détails des négociations sur l'accord Canada-Europe.

«On a l'impression qu'il y a plus d'information qui peut être dévoilée que ce qui a été fait jusqu'à maintenant, en protégeant bien sûr les stratégies de négociation et un certain nombre de confidences faites par d'autres négociateurs», a indiqué hier matin le ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée. La rencontre permettra aussi «d'échanger», promet-il.

Cet accord ne concerne pas que le libre-échange. Il inclut aussi la main-d'oeuvre et les investissements. Les marchés publics pourraient être ouverts - par exemple les contrats d'Hydro-Québec. Au Canada, ces contrats publics représentent un pactole d'environ 26 milliards de dollars par année.

Les négociations ont été amorcées en 2009. Les parties croient pouvoir en arriver à une entente d'ici la fin de l'année.

Après s'être inquiété que «tout soit sur la table» dans les négociations, le Parti québécois semble désormais plus favorable à l'accord. Il y a quelques jours, le ministre fédéral du Commerce international, Ed Fast, s'est dit rassuré de voir que les ministres Lisée et Marceau (Finances) ne s'opposent pas à l'accord Canada-Europe.

Le gouvernement Marois reste toutefois critique du «manque de transparence». Il l'avait dénoncé en décembre dernier lors du passage en commission parlementaire du négociateur du Québec au sein de la délégation canadienne, Pierre Marc Johnson.

Le Canada cherche de nouveaux marchés. Selon les derniers chiffres, 70% de ses exportations étaient destinées aux États-Unis. C'est la plus faible proportion depuis de l'ALENA en 1988. L'Union européenne offre le plus grand marché commun du monde. Selon Ottawa, l'AECG permettrait d'augmenter la croissance économique annuelle d'un point de pourcentage.

«Nous avons eu un briefing complet de l'équipe de négociation, dirigée par Pierre-Marc Johnson, la semaine dernière. Nous sommes encouragés par ce que nous avons entendu. Cependant, nous pensons qu'au cours des étapes précédentes, il manquait un élément important de transparence dans le processus. Avec la première ministre, nous avons décidé de faire en sorte qu'il y ait des discussions plus ouvertes avec tous ceux qui sont intéressés par ce sujet, comme les organisations citoyennes et patronales et des experts», a expliqué M. Lisée.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer