Apple: les conditions de travail dénoncées en Chine

Les fournisseurs d'Apple en Chine font travailler leurs ouvriers dans des... (Photo Sean Yong, Reuters)

Agrandir

Photo Sean Yong, Reuters

Agence France-Presse
Pékin

Les fournisseurs d'Apple en Chine font travailler leurs ouvriers dans des conditions dangereuses pour la santé et les sous-payent, selon une enquête publiée mercredi par l'organisation China Labor Watch, basée aux États-Unis.

Les salariés des sous-traitants de la marque à la pomme effectuent en outre entre 100 et 130 heures supplémentaires par mois, contre un maximum de 36 autorisé par la loi en Chine.

«Cette enquête portant sur dix usines travaillant pour Apple en Chine a établi que la chaîne de fabrication d'Apple était caractérisée par des conditions nuisibles pour la santé et des longues heures de travail mal rétribuées», d'après China Labor Watch.

Le rapport a été réalisé sur la base d'entretiens individuels avec des salariés, de questionnaires et d'observations faites clandestinement par des membres de l'ONG sur les lieux de travail visités.

Il fait suite à une autre enquête publiée en mars par une organisation américaine, la Fair Labor Association (FLA), qui s'était rendue chez trois fournisseurs d'Apple avec le consentement de l'entreprise américaine.

La FLA avait déjà mis en évidence le recours excessif aux heures supplémentaires, souvent sous-rémunérées alors que la loi chinoise oblige à les payer au moins de 50% de plus que le salaire horaire normal.

A la suite du rapport de la FLA, le plus grand fournisseur d'Apple, le taïwanais  Foxconn, avait promis de se mettre en conformité avec la législation chinoise.

Les sites de production de Foxconn dans le sud de la Chine ont été le théâtre d'une vague de suicides en 2010 et 2011 ainsi que de mouvements de protestation des ouvriers.

Mais China Labor Watch a constaté que «les violations de droit du travail chez Foxconn se retrouvent quasiment dans toutes les autres usines travaillant pour Apple et dans bien des cas sont pires que chez Foxconn».

Le faible niveau des salaires pousse les ouvriers à accepter les heures supplémentaires que plusieurs sous-traitants ne rémunèrent pas de façon adéquate, poursuit le rapport.

Par ailleurs, «les ouvriers sont quotidiennement exposés à un fort niveau de bruit, à des particules toxiques dans l'air et à des produits chimiques toxiques, et il arrive souvent qu'ils se blessent en manipulant des machines».

China Labor Watch s'est particulièrement intéressé à la pratique de l'intérim, qui permet aux fabricants de diminuer les salaires et les avantages sociaux.

Les intérimaires «sont traités comme des ouvriers de seconde zone et leurs droits sont régulièrement spoliés», affirme l'ONG.

Le directeur de China Labor Watch, Li Qiang, a adressé une lettre au PDG d'Apple Tim Cook pour lui demander d'agir sans tarder afin d'améliorer les conditions de travail en Chine, comme il s'y était engagé.

«Ces promesses sont-elles sincères ou s'agit-il d'une simple opération de relations publiques?», s'interroge l'organisation.

Enfin, les produits d'Apple sont très prisés des consommateurs chinois, mais plus de 70% des Chinois qui les fabriquent n'en possèdent pas alors qu'ils souhaiteraient en avoir au moins un, selon les enquêteurs.

L'enquête a porté au total sur huit entreprises. Trois entreprises sont situées à Shenzhen (sud), Foxconn, Jabil Circuit and BYD Electronic, ainsi que deux à Shanghai, Riteng Computer Accessory et Kenseisha.

Les cinq autres sont situées près de Shanghai dans la province du Jiangsu (est), à savoir AVY Precision Surface Technology, Toyo Precision Appliance, Catcher Technology, United Win Technology et Tenglong Hardware.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer