Une pénurie de maisons à vendre à Montréal

La hausse des prix depuis le début de... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

La hausse des prix depuis le début de l'année s'élève à 5,8 % dans la région métropolitaine de recensement de Montréal.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

L'immobilier résidentiel ne dérougit pas au Québec. On est arrivé au point où il y a une pénurie de maisons à vendre dans la région de Montréal, soutient le Mouvement Desjardins, dans une récente analyse sur le marché de l'habitation.

« La demande est forte dans tous les secteurs et le nombre de maisons unifamiliales à vendre est insuffisant, de sorte que le marché est désormais en pénurie, écrit Hélène Bégin, économiste principale de l'institution financière. Dans bien des cas, les acheteurs disposent de très peu de temps pour faire une offre puisque les résidences sont convoitées par plusieurs. Les vendeurs ont l'avantage des négociations, ce qui alimente la progression des prix. »

Ailleurs au Québec, Gatineau et Trois-Rivières sont en situation d'équilibre, tandis que Québec, Sherbrooke et Saguenay sont en surplus.

Hausse des prix

La hausse des prix depuis le début de l'année s'élève à 5,8 % dans la région métropolitaine de recensement de Montréal. Les augmentations les plus senties depuis le début de l'année concernent la Rive-Nord (6,6 %) et l'île de Montréal (6,0 %).

La présence d'acheteurs étrangers joue un rôle dans le raffermissement du marché, surtout dans le créneau du haut de gamme, « mais les achats effectués par des Québécois ont également été plus nombreux en raison de la forte croissance de l'emploi », explique Mme Bégin.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer