Cominar remanie sa haute direction

Cominar compte notamment se délester d'actifs en Alberta,... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Cominar compte notamment se délester d'actifs en Alberta, dans la région du Grand Toronto, en Ontario, dans les provinces de l'Atlantique ainsi qu'à l'extérieur d'Ottawa.

Photo François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

En plein repositionnement afin de se recentrer sur ses principaux marchés, le Fonds de placement immobilier Cominar remanie sa haute direction et aura un nouveau patron à compter du 1er janvier.

Aux commandes depuis 2005, Michel Dallaire cédera sa place à Sylvain Cossette, le président et chef de l'exploitation, qui s'est joint au propriétaire et gestionnaire d'immeubles commerciaux en 2013.

La société de Québec, qui a indiqué que ce changement s'inscrivait dans le cadre d'un plan de relève, a ajouté que M. Dallaire demeurera président du conseil d'administration.

«Je suis convaincu que l'exécution de notre plan de désendettement, l'amélioration de notre taux d'occupation et le resserrement de nos activités sur le marché québécois constituent la clé de notre croissance organique et de notre solidité financière», a souligné M. Cossette, par voie de communiqué.

Celui-ci siégera également sur le conseil d'administration, en remplacement d'Alain Dallaire, qui demeurera toutefois vice-président exécutif, exploitation, bureau et industriel et gestion des actifs.

Ce remaniement au sein de la haute direction n'a pas semblé surprendre les investisseurs. En après-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de Cominar prenait cinq cents, ou 0,37 %, pour se négocier à 13,70 $. Ce niveau demeure toutefois loin du sommet de 25,46 $ atteint en 2012.

Selon Michael Markidis, de Desjardins Marchés des capitaux, la venue d'un nouveau dirigeant à la tête de Cominar ne devrait pas se traduire par un changement de la stratégie annoncée au cours de l'été.

«En ce qui a trait à la gouvernance de l'entreprise, la décision de répartir les tâches de chef de la direction et de président du conseil ainsi que le retrait d'un membre de la famille Dallaire sur le conseil peuvent être perçus comme des améliorations», écrit l'analyste dans une note envoyée par courriel.

Retour aux sources

Après avoir vu sa cote de crédit être abaissée au début du mois d'août, Cominar avait par la suite dévoilé une stratégie visant à se délester d'environ 100 propriétés afin de se recentrer sur le Québec et l'Ontario, ses principaux marchés.

Plus tôt, l'agence de notation canadienne DBRS avait abaissé la cote de crédit de l'entreprise, la faisant passer de BBB (faible) à BB (élevée).

Le propriétaire et gestionnaire d'immeubles commerciaux prévoit récolter près de 1,2 milliard $ par l'entremise de ces transactions. Cette somme servira principalement à réduire sa dette. Environ 325 millions $ seront consacrés à des acquisitions et des projets de développement dans ses marchés principaux.

Cominar compte se délester d'actifs en Alberta, dans la région du Grand Toronto, en Ontario, dans les provinces de l'Atlantique ainsi qu'à l'extérieur d'Ottawa. Le centre commercial Dixie Outlet Mall près de Toronto, la tour Banque Scotia à Calgary, la Place Bathurst ainsi que le Phoenix Square au Nouveau-Brunswick seront à vendre.

Ce plan avait été annoncé alors que la dette de Cominar pèse sur ses activités à la suite d'une série d'acquisitions ayant permis à la société de devenir l'une des plus importantes sociétés de placement immobilier au Canada et le plus important propriétaire commercial au Québec.

Son portefeuille est actuellement constitué de 523 immeubles représentant près de 44,1 millions de pieds carrés au Québec, en Ontario, dans les provinces de l'Atlantique ainsi que dans l'Ouest canadien.

Cominar doit divulguer ses résultats du troisième trimestre le 10 novembre.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer