Immobilier

Quatre étages supplémentaires pour la Tour des Canadiens 2

Située sur le côté sud de la rue... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Située sur le côté sud de la rue Saint-Antoine Ouest, entre les rues Jean-D'Estrées et de la Montagne, la Tour des Canadiens 2, dont la construction est déjà commencée, gagne quatre étages additionnels pour atteindre 53 étages et culminera à 166 mètres.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

La Tour des Canadiens 2 (TDC2), qui était passée de 37 à 49 étages dans un premier temps, connaît une seconde poussée de croissance.

L'immeuble résidentiel, dont la construction est déjà commencée, gagne quatre étages additionnels et culminera à 166 mètres. Il est situé sur le côté sud de la rue Saint-Antoine Ouest, entre les rues Jean-D'Estrées et de la Montagne.

Une demande en ce sens de la part du promoteur, Cadillac Fairview, a été déposée au conseil de l'arrondissement de Ville-Marie. Ce dossier est passé en première lecture le 11 avril 2017. La deuxième lecture a eu lieu le 9 mai et l'adoption en troisième lecture a eu lieu le mercredi 14 juin.

Finalement, TDC2 comptera 590 logements, 585 places de stationnement intérieur et sera lié au Centre Bell par une passerelle au-dessus de la rue Saint-Antoine Ouest. La tour repose sur un basilaire. Six maisons en rangée sont aussi prévues. Elles sont intégrées au podium de la tour et feront face au sud. À la demande de la Ville, le promoteur évalue l'ajout de trois autres maisons en rangée qui seraient situées dans le même axe.

Jusqu'à maintenant, les chiffres qui circulaient publiquement au sujet de la Tour des Canadiens 2 étaient 49 étages et 575 condos.

En 2016, le Programme particulier d'urbanisme du Quartier des gares a rehaussé la hauteur de construction permise dans le secteur de 120 à 170 m. En 2014, le site avait fait l'objet d'une première modification afin d'augmenter la hauteur de 65 à 120 m.

Autre concession à l'endroit de Cadillac Fairview

Le conseil d'arrondissement a aussi voté le 14 juin une résolution qui a pour effet de supprimer une garantie bancaire de 1 million de dollars liée à une autorisation accordée en 2006 pour un emplacement au sud de la rue Saint-Jacques.

L'autorisation permettait de démolir un immeuble de bureaux sur la rue Peel au sud de Saint-Jacques et comportait l'obligation de maintenir une garantie bancaire de 1 million jusqu'à ce que la nouvelle construction soit réalisée. La bâtisse a été démolie, mais la nouvelle construction n'a jamais vu le jour.

Cadillac Fairview (CF) demande l'abandon de la garantie bancaire dans le cadre de la transaction immobilière avec la Ville dont on a fait état hier dans La Presse. CF a en effet vendu des terrains situés dans le quadrant sud-ouest Saint-Antoine et de la Montagne à la Ville pour 5,5 millions. Le but est d'y faire du logement social. La Ville a aussi obtenu des servitudes sans contrepartie pour des accès au parc linéaire projeté et pour élargir les trottoirs sur la rue Peel.

Outre l'abandon de la garantie bancaire, la Ville a fait une autre concession pour pouvoir mettre la main sur les terrains qu'elle convoitait. Elle a en effet accepté de soustraire le promoteur à son engagement de construire 45 logements abordables dans le cadre de son projet Quad Windsor autour du Centre Bell.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer